RMC

Affaire Ferrand: Bernard Accoyer (LR) dénonce "un véritable délit financier, une escroquerie"

Malgré la décision du Parquet national financier de ne pas aller plus loin contre Richard Ferrand, les critiques continuent d’abonder dans le camp Les Républicains. Invité dans Radio Brunet, Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, estime que la justice manque d'indépendance.

Les Républicains ne décolèrent pas. Après les refus du Parquet national financier et du parquet de Brest de se saisir du cas Ferrand, les attaques visant le ministre de la Cohésion du Territoire se multiplient. Dans Radio Brunet, Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, estime que la justice a eu une attitude "curieuse".

"Les deux parquets, avec une vitesse assez remarquable, ont déclaré ne pas vouloir se saisir. C'est curieux pour le Parquet financier parce que les mutuelles sont des organismes qui bénéficient d’argent public. C'est aussi curieux pour le parquet de Brest, parce que le délit paraît évident au regard du code de la mutualité. Personne n’était au courant qu’il allait y avoir un enrichissement phénoménal, pour la compagne du directeur qu’était monsieur Ferrand. Je ne comprends pas les raisons pour lesquelles le parquet ne se saisit pas pour faire une enquête préliminaire. Peut-être parce qu’il est dépendant du garde des Sceaux, c’est un début d’explication. On n’a jamais vu une justice aussi rapide pour trancher une question qui est quand même importante".

Pour Bernard Accoyer, le moment est important, à cause de la loi de moralisation en préparation. "Nous sommes à un moment sensible où le gouvernement et le chef de l’Etat ont annoncé qu’ils allaient engager de nouvelles discussions, de nouveaux textes, pour aller plus loin dans la moralisation de la vie politique. Dans cette moralisation, il y a la justice mais aussi la morale, l’éthique. En Marche!, le Premier ministre et le gouvernement, devraient tirer les conclusions de cette situation, sinon on peut avoir l’impression qu’ils couvrent une escroquerie évidente. Il y a, à l’évidence, quelque chose qui est au moins un problème d’éthique, de morale et dont nous pensons, qu’en réalité, il s'agit d'un véritable délit financier, une escroquerie".

Radio Brunet avec A. B.