RMC

Glyphosate: les agriculteurs peuvent-ils se passer de pesticides?

La condamnation de Monsanto aux USA vendredi a ravivé la flamme des anti-glyphosate en France. Les agriculteurs français restent parmi les plus gros consommateurs de pesticides et doivent changer de système selon Karima Delli, députée européenne EELV.

Nicolas Hulot veut partir à la "guerre" contre les pesticides, revigoré par une décision de justice "historique" aux USA. La lourde condamnation du géant agrochimique américain Monsanto aux Etats-Unis pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son produit Roundup a réjoui samedi les adversaires des pesticides, le ministre de la Transition écologique appelant Européens et Américains à participer à cette "guerre" contre ces produits.

Le gouvernement français a qualifié d'"historique" le jugement d'un tribunal américain qui selon le ministère de la Transition écologique confirme la décision "pionnière" d'Emmanuel Macron d'interdire le glyphosate en 2021.

"Il va falloir changer d’habitudes et aller vers d’autres techniques"

Mais le problème est plus large que le glyphosate selon Karima Delli, députée européenne EELV. Invitée de Radio Brunet ce lundi, elle estime que le système entier doit être repensé pour que les agriculteurs ne souffrent pas d'une transition trop brutale.

"Le problème est qu'on a entraîné nos agriculteurs dans un système qui dépend du glyphosate depuis une trentaine d’années. On leur a dit que c'était simple d’utilisation, efficace et pas cher. Donc maintenant, ce qu’il faut faire, c’est prendre en compte le fait qu’il va falloir changer d’habitudes et aller vers d’autres techniques. Il faut parfois réapprendre. Il y a des agriculteurs qui ont toujours travaillé avec le glyphosate, donc c’est une période de transition durant laquelle il va falloir les aider pour revenir à des techniques beaucoup plus mécaniques. Donc c’est d’abord une question de protection sociale, et ensuite il ne faut pas oublier d’aider les agriculteurs pour adopter des alternatives."

"Les gouvernements passent et on n’atteint pas les objectifs de réduction des pesticides"

Si l'économiste Pascal Perri, qui remplace Eric Brunet cet été, estime que la France est assez vertueuse au niveau agricole en comparaison avec d'autres pays européens, Karima Delli assure que la France reste leader dans l'utilsiation des pesticides.

"Le problème est que la France est championne de l’utilisation des pesticides. Rien qu’entre 2014 et 2016 on a encore augmenté de plus de 12%. Et ça, ce n’est pas normal. L’objectif de réduction des pesticides, les gouvernements passent et on n’atteint pas les objectifs. On en parlait lors du Grenelle de l’environnement, c’était en 2007. Depuis que s’est-il passé ? On n’a pas réduit notre utilisation de pesticides."

"Les consommateurs vont être de plus en plus exigeants"

Si la mutation du monde agricole ne s'effectue pas d'elle-même, l'eurodéputée estime que l'intérêt des citoyens pour de la nourriture toujours plus saine ne va faire que croître, et mettra vite la pression aux dirigeants pour faire évoluer les systèmes de production de la chaîne alimentaire.

"Les consommateurs vont être de plus en plus exigeants. Ils vont demander plus d’informations sur leurs produits. Les producteurs vont donc devoir dire si oui ou non ils utilisent du glyphosates. Les consommateurs ne préfèrent pas prendre le risque. Donc si on n’accompagne pas les agriculteurs sur le fait qu’il faut sortir du glyphosate je vous assure que les consommateurs eux, ne rigoleront pas."
J.A. avec Radio Brunet