RMC

Présidentielle 2017: "Fillon est étonnamment stable dans les sondages depuis une dizaine de jours"

Freiné dans sa campagne depuis l’affaire Penelope Fillon, François Fillon est désormais troisième dans les sondages, derrière Emmanuel Macron. Mais, pour Frédéric Micheau, directeur des études du département Opinion et Politique chez OpinionWay, le candidat Les Républicains peut encore gagner grâce à un électorat très compact.

François Fillon tient bon! Dépassé puis distancé par Emmanuel Macron pour la qualification au deuxième tour de la présidentielle, le candidat Les Républicains n’est plus qu’à un point de son adversaire. Malgré les doutes et critiques formulés au sein de son propre parti, il se maintient autour des 20% d’intentions de vote. Un résultat qui ne surprend pas Frédéric Micheau, directeur d’études du département politique chez OpinionWay. Invité de Radio Brunet, il explique que l’électorat de François Fillon l’a maintenu dans la course et peut même le faire gagner.

"Le fait majeur de ces enquêtes c’est que François Fillon est étonnamment stable depuis une dizaine de jours, sur cette barre des 20%. Il est en troisième position, seulement un point derrière Emmanuel Macron, dans la marge d’erreur. Il y a une véritable incertitude sur l’identité du candidat qualifié au second tour face à Marine Le Pen qui, elle, est à 27%. Ce qui est intéressant c’est que, quelle que soit l’identité du challenger de Marine Le Pen, il serait élu président de la République, avec 62% des voix pour Emmanuel Macron et 58% pour François Fillon."

"La dénonciation du procès des médias est un argument qui porte"

"François Fillon a derrière lui un électorat qui est extrêmement compact, qui est très solide. On voit aussi que la dénonciation du procès des médias est un argument qui porte, notamment dans son camp. Cela va peut-être solidifier et unir son parti derrière lui. Il ne recule pas, mais il ne progresse pas non plus. Il y a encore, pour le candidat Fillon, une vraie difficulté à être audible, à faire campagne, à faire entendre son message, à parler des mesures qu’il propose et à élargir son électorat."

Radio Brunet avec A. B.