RMC

Anne Hidalgo sur la guerre en Ukraine : "Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour inciter Total à se retirer de la Russie"

Interrogée sur la guerre en Ukraine et la hausse des prix du carburant, la maire de Paris a pour objectif de convaincre l'entreprise Total à arrêter ses activités en Russie.

"Je ferai preuve de toute ma détermination". Ce sont les mots de la candidate du PS à l'élection présidentielle. Invitée politique de la matinale week-end RMC, Anne Hidalgo s'est exprimée sur sa motivation à inciter l'entreprise Total à arrêter complètement ses activités en Russie :

"J'ai réussi à convaincre Total de ne pas être sponsor des Jeux Olympiques et Paralympique, il y a des possibilités à faire entendre raison à des groupes qui considèrent qu'ils doivent rester en Russie. British Petroleum l'a fait, je ne vois pas pourquoi Total ne le ferait pas" explique-t-elle

Pour l'entreprise, partir, c'est enrichir les Russes, c'est faire cadeaux de nos entreprises et de nos actifs. Pour la maire de Paris, ces arguments ne sont pas recevables :

"Dans le cadre d'une géopolitique mondiale et une réponse politique a une situation d'agression de la Russie contre l'Ukraine qu'il faut agir. Heureusement, ce ne sont pas les multinationales qui gouvernent le monde."

"Il faut absolument stopper Vladimir Poutine"

Dans la suite de son interview, Anne Hidalgo explique que pour éviter l'embargo sur le gaz russe, la candidate socialiste serait prête à acheter aux Etats-Unis qui délivrent du gaz de schiste, juste le temps de la guerre. L'objectif ? Stopper l'offensive russe et Vladimir Poutine :

"Il faut absolument stopper l'offensive de Vladimir Poutine contre l'Ukraine, il a surement d'autres idées et ne veut pas s'arrêter là" s'inquiète-t-elle

Pour aller plus loin, la candidate du PS à l'élection présidentielle évoque un isolement diplomatique, politique et économique du président russe :

"Si on continue de lui fournir des liquidités, il pourra continuer de s'attaquer à l'Ukraine et d'autres pays à l'avenir" prévient Anne Hidalgo
Par Lucas Brunel