RMC

C'est sans doute la fin de Nicolas Sarkozy

-

- - AFP

Nicolas Sarkozy a reconnu ce dimanche soir sa défaite face à François Fillon et à Alain Juppé. Pour le politologue Olivier Rouquan, il s'agit d'un désaveu personnel et l'obligation d'une mise en retrait durable pour l'ancien chef de l'Etat.

"C'est un désaveu plutôt personnel pour Nicolas Sarkozy, car sur le contenu des programmes, il y a des variantes, mais ce sont des programmes de droite. L'idée que Nicolas Sarkozy représente seul la droitisation des Républicains, c'est quelque chose qui n'est pas tout à fait exact. On le verra parce que ceux qui restent en lice vont davantage développer leurs idées.

Dans les semaines et les mois qui viennent, Nicolas Sarkozy se mettra derrière celui qui portera les couleurs de la droite donc il sera sans doute assez discret. Que peut-il faire d'autre? Il va être obligé de jouer le jeu et d'être assez discret.

"On peut difficilement l'imaginer accepter un second rôle sous Juppé ou Fillon"

C'est sans doute la fin de Nicolas Sarkozy. Cette fois, c'est un retrait très durable, on ne peut jamais dire définitif en politique. Ce serait délirant qu'il envisage autre chose, il se range derrière François Fillon, point. Il est, pour les années qui viennent, secondaire. On peut difficilement imaginer Nicolas Sarkozy accepter un second rôle sous l'autorité de François Fillon ou Alain Juppé.

Sa stratégie était une stratégie de premier tour de présidentielle à l'échelle nationale. C'est la raison pour laquelle il a voulu à tout prix retrouver le leadership des Républicains. On voit que dans le cadre de cette primaire ouverte, il y a eu manifestement des citoyens de la gauche et du centre qui sont allés voter. C'est une stratégie qui n'est pas gagnante.

Il faut rajouter à cela le passif et un certain rejet que suscite sa personnalité qui ont du jouer aussi".

Propos recueillis par Paulina Benavente