RMC

Crise du Covid-19: Emmanuel Macron annonce deux repas par jour à 1 euro pour tous les étudiants

Emmanuel Macron était en déplacement à l'université de Paris-Saclay ce jeudi matin: un rendez-vous très attendu par les étudiants, qui attendent une annonce, un geste du Président sur leur situation.

Emmanuel Macron a annoncé jeudi que l'ensemble des étudiants pourront avoir accès à deux repas par jour pour le prix d'un euro le repas dans les restos U, afin de leur permettre de faire face aux conséquences de la crise du Covid-19.

Au cours d'un échange avec des étudiants à l'université Paris-Saclay, le chef de l'Etat les a prévenus que "le retour à la normale n'est pas envisageable au deuxième semestre" de l'année universitaire et qu'il faudra vivre "avec les contraintes" sanitaires "jusqu'à l'été".

Par ailleurs, le chef de l'Etat a dit "souhaiter" que les étudiants puissent aller un jour par semaine à l'université. 

"Un étudiant ou une étudiante a le droit d'avoir 20% de son temps en présentiel - c'est-à-dire un jour sur cinq - et on doit essayer de tenir aussi pour que les jauges ne soient jamais plus de 20%, ce qui permet d'avoir des distances, et aussi de ne pas avoir trop de monde sur un site", a expliqué Emmanuel Macron. Il a consenti que cette nouvelle mise en place "est assez compliquée à gérer. Je ne dis pas que c'est facile mais j'ai confiance dans vos responsables et dans les présidents d'université, leurs équipes", a-t-il insisté.

Il faut dire que la situation est, pour certains, dramatique: les récents suicides dans la communauté ont mis en lumière la situation de grande détresse et de grande précarité de cette génération qui n'a quasiment plus aucun contact social depuis plusieurs mois.

>> A LIRE AUSSI - "Si je pouvais m’endormir éternellement, ça m’arrangerait": face au manque de lien social, les étudiants en grande détresse

De nombreux étudiants ont interpellé Emmanuel Macron sur les réseaux sociaux et plusieurs pétitions demandent au gouvernement de remettre en place des cours en présentiel, à l'image de ce qui se fait dans les lycées.

Car il y a urgence à agir pour éviter de nouveaux drames. Exemple avec Eléa, une étudiante qui pousse un véritable cri de détresse, un appel à l'aide: "Je n’ai que 20 ans et la seule phrase qui tourne en boucle dans ma tête est: si je pouvais m’endormir éternellement dans mon sommeil, ça m’arrangerait".

 "Je ne sais pas vous dire ce qu'on devra faire pour le pays complet, le virus est très présent et il y a ces variants mais on ne peut pas, compte tenu de ce que votre génération a déjà vécu, ne pas prendre en compte le fait que vous avez le droit aussi d'avoir un peu besoin de présentiel, d'échanger avec des profs, de croiser d'autres élèves mais on doit le faire en tenant compte de cette situation sanitaire", a-t-il ajouté. 

Selon le président, "évidemment il y aura des protocoles sanitaires stricts". "On ne peut pas préparer une reprise en deuxième semestre normale, on ne serait pas raisonnable", a-t-il lancé.

Gwenaël Windrestin (avec C.P.)