RMC

Avec la crise de l'inflation, le retour des crédits immobiliers à taux variables ?

Est-ce le retour des prêts immobiliers à taux variables ? Boudés par les Français à cause de l'aléa, de plus en plus de courtiers y voient la solution pour pouvoir décrocher son crédit.

C'est une solution marginale sur le marché immobilier français. Pourtant les courtiers sont de plus en plus nombreux à voir dans le prêt immobilier à taux variable la solution pour décrocher le crédit alors qu'encore que près de la moitié des candidats à l'achat n'arrive pas à décrocher leur emprunt.

Un aléa mais un emprunt facilité

L'enjeu c'est que le taux global ne dépasse pas celui du taux d'usure, soit le taux d'intérêt de base que votre banque propose avec l'assurance de prêt et les frais de dossier. Il ne doit donc pas dépasser celui de l'usure qui est encore jusqu'au 1er octobre à 2,57%. Si le taux gloabl dépasse cette borne, le crédit ne peut légalement pas être accordé.

Le taux variable peut faciliter les choses parce que comme la banque sait qu'elle pourra l'augmenter au cours du crédit, elle le fait systématiquement démarrer à un niveau plus faible que le taux fixe. Le taux variable créé une forme d'aléa sur le coût du crédit et les Français n'aiment pas ça du tout. Les taux variables représentent aujourd'hui 0,4% du marché des crédits immobiliers alors qu'ils en représentaient plus de 20% au début des années 2000.

>>> Le coup de main immo est à retrouver en podcast

Taux capé ou taux mixte ?

Un taux variable c'est une incertitude mais le taux peut être capé. Concrètement: si vous décrochez par exemple un taux variable d'1,45% sur 20 ans capé à +2, ça veut dire qu'au pire vous pourriez atteindre les 3,45%. Sauf qu'à l'heure où l'inflation devrait flirter avec les 7%, on serait donc encore à "taux réel négatif" autrement dit la banque continuerait de vous donner de l'argent pour vous en prêter.

Il y a aussi la possibilité d'un "taux mixte": pour un crédit sur 20 ans, les 10 premières années seront à taux fixe et les 10 suivantes à taux variable. Le premeir avantage, c'est que le taux fixe de départ est plus faible que celui du marché. Plus de problème de taux d'usure et les mensualités seront plus faibles. Le deuxième avantage, est une bonne astuce: passer au taux variable, n'est pas obligatoire. En moyenne, les Français gardent un crédit immobilier huit à neuf ans. La plupart du temps, passé ce délai, le logement acheté est revenu. Dès lors, le revendeur fait un remboursement anticipé de son crédit auprès de sa banque et dans ce crédit à taux mixte, l'emprunt est donc terminé avant même d'être passé au taux variable. On peut alors tirer une certaine fierté à avoir ampapaouter sa banque.

Marie Coeurderoy (avec MM)