RMC

Carburant: les automobilistes délaissent de plus en plus le diesel pour retourner à l’essence

Face à l’augmentation du prix du diesel par rapport à l’essence, certains automobilistes font le choix de revenir à l’essence pour faire des économies. Même si les véhicules diesel restent moins gourmands en carburant.

Selon les derniers chiffres communiqués par le ministère de la Transition écologique, un litre de diesel valait 1,8815 euro le litre en moyenne fin avril, soit 12 centimes de plus qu’un litre de SP95-E10, le carburant essence le plus consommé en France avec un prix moyen de 1,7623 euro. Sur un plein de 50 euros, c'est 6 euros de différence.

"Petit à petit, la part du diesel s’effrite"

Ainsi, certains Français font le choix de changer leur voiture pour revenir à l'essence et faire quelques économies. C’est par exemple le cas de Nathan qui cherche une nouvelle voiture. Même marque, même modèle que son véhicule précédent, à un détail près: il veut "passer à l’essence car le diesel coûte très cher". "Un plein me coûte entre 100 et 120 euros. Avec l’essence, je pourrais passer à l’éthanol, ça me coûtera 40 euros le plein", estime l’étudiant au micro de RMC.

"Il y a trois ou quatre ans, les ventes étaient plutôt axées sur le diesel, à hauteur de 80% de nos ventes environ", confie un concessionnaire. "Mais petit à petit, la part du diesel s’effrite. Il est clair aussi que l'avènement du prix du gasoil qui est légèrement supérieur au prix de l’essence, renforce sûrement cette tendance", continue-t-il.

"Les prix à la pompe dictent les tendances d'achat"

Et tant pis si les véhicules diesel continuent d'être moins gourmands en carburant que les véhicules essence. Car d’après François Roudier, porte-parole de la plateforme Automobile française, ce sont les prix à la pompe qui dictent les tendances d'achat. "Depuis 1973, le consommateur français n’a pas changé: il va chercher à réduire sa consommation. Si le diesel était meilleur pour son portefeuille, il irait vers le diesel”, constate-t-il.

"Les acheteurs voient que les voitures essence sont un peu moins chères à l’achat que les voitures diesel, donc ils vont plutôt vers ce type de véhicule. On verra peut-être après si le consommateur va aller sur l’électrique si l’électrique est moins cher", poursuit François Roudier.

En France, les véhicules diesels ne représentent plus que 16% des achats, contre 24% il y a encore un an.

Alfred Aurenche et Romain Houg