RMC

Fin de l'abondance: Emmanuel Macron met "de l'huile sur le feu" selon l'économiste Marc Touati

À l'ouverture du Conseil des ministres de rentrée ce mercredi, Emmanuel Macron a appelé à l'unité, face à la fin de l'abondance et de l'insouciance. Marc Touati, économiste et auteur de "Reset 2, bienvenue dans le monde d’après?", était l'invité d'"Apolline Matin", sur RMC, pour réagir à ces propos.

Les propos du président de la République mettent "de l'huile sur le feu", selon Marc Touati, président du cabinet ACDEFI (Aux commandes de l'économie et de la finance) et auteur de "Reset 2, bienvenue dans le monde d’après?". L'économiste était invité dans "Apolline Matin" sur RMC, ce jeudi, pour évoquer la situation économique du pays.

Il a réagi aux mots d'Emmanuel Macron, prononcés la veille à l'occasion du Conseil des ministres de rentrée. Le président a appelé à "l'unité" face à "la fin de l'abondance et de l'insouciance". Des termes qui sont "mal employés", d'après l'économiste.

L'État français et la BCE responsables?

Est-ce qu’après deux ans de pandémie, on a eu de l’insouciance ou de l’abondance? Je ne crois pas vraiment", affirme-t-il.

D'après lui, la faute revient aux gouvernants. C'est "l'État français qui a augmenté de façon démesurée la dette publique" et "la banque centrale européenne qui a acheté cette dette publique". Par conséquent, "cela a alimenté la planche à billets, c’est ça qui a fait l’inflation."

L'inflation qui touche l'ensemble des pays européens, dont la France, est donc "le retour de bâton, c’est une erreur de stratégie économique". Marc Touati explique: "Je l’ai dit à Bruno le Maire à plusieurs reprises, en 2020 on n’avait pas le choix, mais en 2021, il fallait arrêter d’augmenter cette dette publique". La guerre en Ukraine est ensuite arrivée, sauf que maintenant, "il faut payer la facture".

"La confiance des ménages est au plus bas"

Problème, cette inflation provoque une triple peine: "Elle génère une augmentation des taux d'intérêts des dettes publiques, ça se traduit par une hausse des coûts du crédit et une récession, avec un chômage qui va également augmenter".

Pour l'économiste, les propos du président sont dangereux. "Ça risque d’alimenter des risques sociaux voire sociétaux", d'autant plus que la "confiance des ménages est au plus bas".

Benjamin, auditeur de RMC et responsable d'un bar dans l'Yonne dénonce également les propos du président de la République.

"Il faut qu'il arrête de nous donner des leçons. On se serre la ceinture depuis des mois, voire des années. Dans mon bar, j'ai eu les grèves, les gilets jaunes, le Covid et je n'avais que neuf mois d'existence. Quand j’entends certains dire qu’on a tous pris 10.000€, c’est totalement faux."

Quelles solutions?

Faut-il moins consommer et économiser au maximum? "Je dirais presque l’inverse, carpe diem, mieux vaut en profiter. Encore une fois, on va vouloir nous limiter dans nos mouvements, dans notre consommation, ça n'est pas très responsable tout ça", souligne Marc Touati.

La crise du climat s'ajoute aux difficultés économiques. Sauf que, pour l'économiste, "ça n'est pas en faisant de la décroissance, en arrêtant de consommer, qu’on va sauver le monde, c’est l’inverse".

"Pour moi, la vraie écologie, c’est de mieux utiliser la planète de façon à moins la détruire quand on consomme. Pour ça, il faut de l’innovation, de l’investissement, il faut développer des nouvelles technologies de l'énergie et de l'agroalimentaire. Il ne faut pas s’arrêter de vivre, moi je trouve ça complètement dramatique", conclut-il.

A.B