RMC

Lille coupe l'éclairage de ses bâtiments publics: faut-il généraliser la mesure?

Désormais, les bâtiments publics lillois ne seront plus éclairés la nuit. L'objectif de la municipalité, la sobriété énergétique tout en économisant de l'argent alors que les prix de l'énergie explosent.

À Lille, on prend l'appel à la sobriété énergétique au pied de la lettre. Dès ce lundi, les "mises en lumière" des bâtiments publics seront éteintes (à l'exception de celles de la Grand Place et de la place de l'Opéra, deux lieux touristiques de la ville).

Cette décision pourrait permettre à Lille d'économiser 170.000 kilowatts chaque année. Une bonne chose pour la planète et les finances locales alors que déjà 16.000 communes françaises ont pris une telle décision, souvent entre 00h et 5h du matin.

Des chiffres qui n'impressionnent pas Jérôme Lavrilleux qui juge ce lundi sur le plateau d'Estelle Midi la décision démagogique: "Je pense que la mise en valeur du patrimoine fait partie de l'attractivité de la France, c'est de la démagogie", assure-t-il sur RMC et RMC Story. "Si

"C'est de la communication si on est gentil. Si c'est un outil de sensibilisation pour dire qu'on consomme de la lumière et qu'on gâche, pour dire qu'on va bientôt passer au LED, là ça a du sens", estime de son côté Pierre-Edouard Magnan, militant associatif.

"On doit prendre des mesures douloureuses courageuses"

"Il y a un contexte planétaire qui fait qu'on doit prendre des mesures douloureuses courageuses", défend de son côté Périco Legasse, rappelant qu'en 1974 après la guerre du Kippour, le président Valéry Giscard-d'Estaing avait déjà décidé d'éteindre l'éclairage public dès minuit.

"Il faut repenser la totalité de l'éclairage public. Il y a des mesures technologiques à prendre. Et si toutes les métropoles de France le font, ce sont des millions de kilowatts d'économisés", plaide-t-il.

L'éclairage public représente 41% de l'énergie consommée par les collectivités territoriales, et 37% de leurs factures. Et si à Lille on mise sur les économies, au ministère de la Transition écologique, malgré les appels à la sobriété énergétique d'Emmanuel Macron, on laisse la lumière allumée. La tour du quartier de la Défense à Paris qui abrite les locaux du ministère, reste allumée toute les nuits.

G.D.