RMC

"On a besoin de garanties sociales": l’inquiétude pour les locataires HLM face au prix de l’énergie

Dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, Emmanuelle Cosse, présidente de l’Union sociale de l’habitat et porte-parole des organismes HLM, fait part de son inquiétude face à l’augmentation du prix de l’énergie.

Le bouclier tarifaire ne suffit pas. Pour les Français les plus modestes, l’impact de l’augmentation du prix de l’énergie risque de se faire ressentir très durement. Emmanuelle Cosse, présidente de l’Union sociale de l’habitat et porte-parole des organismes HLM, demande au gouvernement d’aider les locataires HLM à faire face à la flambée. "Les bailleurs HLM achètent l’énergie pour le compte de leurs locataires, explique-t-elle dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story. Depuis longtemps, c’était beaucoup moins cher que pour une personne qui achète individuellement son gaz. On achetait le gaz à 20-30 euros la molécule. Aujourd’hui, le bouclier tarifaire est à 68 euros. Et on achète le gaz sur le marché entre 120 et 250 euros. Même si on a le bouclier tarifaire, il faut bien comprendre que pour nos locataires, ça augmente par trois."

"On ne marge pas sur l’achat de l’énergie, souligne l’ancienne ministre du Logement (2016-2017). On l’achète et on refacture aux locataires. C’est pour ça qu’on demande d’être aidé depuis plusieurs mois. On bénéficie du bouclier tarifaire sur le gaz et pas sur l’électricité. On nous dit qu’on va nous aider prochainement. On n’était pas aidé non plus pour acheter l’électricité moins cher pour les parties communes. Semble-t-il que le gouvernement est prêt à faire un geste. Mais ça va de toute façon être plus cher. Il y a 35% de nos locataires qui vivent sous le seuil de pauvreté. Evidemment, c’est très dur pour eux de faire face à une augmentation des charges."

"Ils n’ont pas les moyens"

Pour soulager les locataires HLM, "on a besoin de garanties sociales" selon Emmanuelle Cosse. "Je ne sais pas si c’est plus de chèques énergie, un montant plus élevé, plus de ménages qui y ont droit… Ce qui est sûr, c’est qu’on ne peut pas laisser les locataires HLM tout seuls face à des factures qui sont objectivement beaucoup plus élevées", estime-t-elle.

"Ils n’ont pas les moyens, ajoute l’ex-secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts. On va travailler sur les éco-gestes, sur des fonds de garantie, sur des aides sociales… On va essayer de faire le maximum. Malgré tout, l’énergie qui est consommée, il faut bien que quelqu’un la paye à un moment donné. Ça montre bien que sur cette transition vers moins de consommation, plus de sobriété, pour qu’on soit moins dépendant des fournisseurs de gaz et d’électricité, on est très en retard. Et on le paye cash actuellement, vraiment très fortement. Je pense à tous nos locataires qui vivent avec un Smic, qui travaillent à temps plein. Je pense qu’en effet, aujourd’hui, ils sont inquiets."
LP