RMC

"Les dark stores créent des nuisances insupportables" dénonce le ministre de la Ville Olivier Klein

Les "dark stores", ces boutiques destinées à la livraison de particuliers, vont bientôt être encadrées par un arrêté voulu par le gouvernement, donnant le droit aux maires et aux collectivités territoriales d'autoriser ou non leur présence en ville.

Le gouvernement va agir contre les "dark stores", ces entrepôts disséminés dans les centres-villes de France et dédiés à la livraison aux particuliers après une commande en ligne. Un arrêté doit être pris dans les prochains jours pour considérer ces dark stores comme des entrepôts.

"Les dark stores sont sur le devant de la scène, ce n’est pas la ville que je veux. Ils créent des nuisances insupportables avec des mobylettes qui tournent autour toute la journée", déplore ce mercredi sur RMC et RMC Story Olivier Klein, le ministre délégué chargé de la Ville et du Logement.

L'arrêté doit permettre aux collectivités locales et aux maires de réguler, interdire ou pas la mise en place de "dark stores" dans certains lieux de la ville.

"Quand il y a un entrepôt, il y a des règles"

"Il y a une unanimité entre élus et gouvernement. Un dark store, c’est un entrepôt et quand il y a un entrepôt, il y a des règles. Un arrêté en ce sens va être pris et le maire va pouvoir prendre des décisions en refusant ou non l’implantation de dark store", précise-t-il.

À Paris, certaines enseignes pourraient toutefois subsister "mais pas n'importe où", a-précisé à l'AFP mardi Emmanuel Grégoire, adjoint à la mairie de Paris en charge de l'urbanisme, qui envisage l'autorisation des dark stores en sous-sols ou dans des entrepôts de logistique.

Quant aux "dark kitchen", ces cuisines de restaurants disséminées en ville pour permettre une plus grosse aire de livraison à domicile, Olivier Klein précise qu'elles bénéficieront d'un "statut particulier": "Là encore, c'est le maire à travers son plan local d'urbanisme (PLU) qui pourra décider de l'implantation de ces dark kitchen", assure le ministre. "En centre-ville, il faut privilégier le commerce de proximité et l’ouverture sur la ville, avec de vrais restaurants", ajoute-t-il.

Guillaume Dussourt