RMC

Afghanistan: pourquoi l'armée américaine a détruit ses avions et ses blindés avant de quitter Kaboul

"Ces appareils ne voleront plus jamais" a indiqué le général Kenneth McKenzie.

20 ans après, c'est fini. Les talibans fêtent mardi leur victoire en Afghanistan après le départ dans la nuit des derniers soldats américains, qui met fin à 20 ans d'une guerre dévastatrice et ouvre un nouveau chapitre rempli d'incertitudes pour le pays. Des coups de feu victorieux ont éclaté à Kaboul à l'annonce du retrait final de l'armée américaine, salué comme un succès "historique" par les talibans, revenus au pouvoir le 15 août.

Les Américains étaient entrés en Afghanistan en 2001, à la tête d'une coalition internationale, pour chasser du pouvoir les talibans en raison de leur refus de livrer le chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. 

Mais avant de quitter le sol, un haut responsable militaire américain a indiqué que l'armée américaine avait rendu inutilisables des avions, des véhicules blindés et un système de défense anti-missiles avant de quitter l'aéroport de Kaboul dans la nuit de lundi à mardi, a indiqué un haut responsable militaire américain.

Le chef du commandement central de l'armée américaine, le général Kenneth McKenzie, a indiqué à la presse que les soldats américains avaient "démilitarisé", c'est à dire mis hors d'usage, 73 avions avant d'achever leur pont aérien de deux semaines pour évacuer les civils fuyant le régime des talibans.

"Ces appareils ne voleront plus jamais", a-t-il dit. "Ils ne pourront être utilisés par personne." "La plupart étaient déjà hors service de toutes façons", a-t-il ajouté. "Mais il est certain qu'ils ne pourront plus jamais voler."

Le Pentagone, qui avait déployé 6.000 soldats pour occuper, sécuriser et faire fonctionner l'aéroport de Kaboul à partir du 14 août, a aussi laissé sur place 70 véhicules blindés MRAP résistant aux mines -- d'un coût d'un million de dollars pièce -- et 27 véhicules légers Humvee. Ils ont tous été mis hors d'usage. Les véhicules "ne seront jamais utilisés par quiconque", a assuré le général McKenzie.

L'armée américaine a enfin également laissé sur place son système de défense anti-missile C-RAM, qui a arrêté lundi cinq tirs de roquettes du groupe Etat islamique contre l'aéroport. "Nous avons choisi de laisser ces systèmes en service jusqu'à la dernière minute", juste avant le décollage du dernier avion, a indiqué le général McKenzie. "C'est une procédure complexe et longue de démonter ces systèmes", a-t-il expliqué. "Alors on les démilitarise pour qu'ils ne soient plus jamais utilisés".

La rédaction de RMC avec AFP