RMC

Brexit: "J'ai très peur pour l'avenir"

REACTIONS - Les Britanniques ont choisi de sortir de l'Union européenne lors du référendum de jeudi, un vote qui ouvre une phase sans précédent pour l'UE comme pour le Royaume-Uni et déclenche un mouvement de panique sur les marchés financiers internationaux.

C'est confirmé : le Royaume-Uni va quitter l'Union européenne. Selon les résultats définitifs, publiés vendredi 24 juin dans la matinée, les Britanniques ont choisi à 51,9% l'option du "Leave", lors du référendum sur le Brexit organisé jeudi. Conséquence directe de cette décision: les Bourses européennes plongent et David Cameron a annoncé sa prochaine démission. "Le pays a besoin d'un nouveau leadership", a déclaré le Premier ministre, indiquant toutefois qu'il assurerait la transition jusqu'en octobre.

"J'ai un double sentiment suite à ce résultat. Je souhaitais qu'ils sortent mais ça m'ennuie car ça m'affecte personnellement, réagit en direct Nikias, qui habite à Manchester depuis cinq ans. En effet je suis Français. Ma femme, elle, est Tunisienne et est donc en Angleterre grâce au visa regroupement familial en étant marié à un européen. Je ne sais donc pas ce qu'il va se passer. Même si tout va mettre du temps à se mettre en place, son visa arrive à expiration en 2018 et il va certainement falloir que j'en obtienne un aussi et je pense que ça va être très, très compliqué".

"Le vote a majoritairement été basé sur l'immigration"

"Je suis vraiment partagé, insiste-t-il. Je souhaitais qu'ils sortent de l'Union européenne parce qu'ils n'ont jamais voulu en faire partie. Je pense que sans le Royaume-Uni, on sera mieux. Car quelqu'un qui ne veut pas faire partie d'un tout fausse forcément les cartes. Mais je suis aussi très déçu car, il ne faut pas se voiler la face, le vote a majoritairement été basé sur l'immigration".

Et de donner des exemples: "A Manchester, il y avait une immense affiche, en plein centre-ville, disant que la Turquie allait bientôt entrer dans l'Union européenne et qu'il fallait donc voter le 'out'. Si un Turc a vu ça, il a été forcément choqué. Et puis, après la tuerie à Orlando, ceux qui faisaient campagne pour la sortie ont utilisé cette attaque pour dire que si le Royaume-Uni restait dans l'UE, le prochain Orlando serait en Angleterre".

"C'est triste"

Suite au résultat de ce scrutin, Nikias et sa femme s'interrogent: "Est-ce qu'on a envie de vivre dans un pays qui rejette les valeurs de l'Union européenne, qui rejette des immigrés. C'est difficile, compliqué…" Enfin que pense-t-il de la démission de David Cameron? "Ça ne me surprend pas car il avait fait toute sa campagne là-dessus. Il avait dit clairement que si le pays sortait de l'UE, il démissionnerait. C'était évident même si je pense que ça va encore plus compliquer les choses... C'est triste. C'est peut-être la fin d'une Europe".

Stanislas, manager dans l'hôtellerie à Coventry, ville qui a voté massivement pour la sortie de l'UE (plus de 55%, ndlr) n'est, lui aussi, "pas surpris" par les résultats du référendum: "De toute façon, ne nous cachons pas les choses, les Anglais ont toujours été à la traîne de l'Europe". En revanche, il se dit "plus que déçu, inquiet": "Je pense que l'on va perdre beaucoup de business. J'ai très peur de l'avenir". Et "sur un plan personnel", alors que cela fait 18 ans qu'il est en Grande-Bretagne, il ne sait pas s'il va "pouvoir rester", "ce n'est pas du tout évident".

Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin