RMC

"Je n'ai pas trouvé d'huile": faut-il craindre une pénurie d'huile de tournesol et de colza?

Les bouteilles d'huile continuent à se faire de plus en plus rares dans les rayons des supermarchés.

L'huile de tournesol continue à se raréfier dans nos supermarchés, conséquence directe de la guerre en Ukraine, alors que deux tiers des importations françaises de tournesol proviennent d’Ukraine. Les professionnels restent rassurants sur les stocks d'ici l'été, mais les consommateurs peinent de plus en plus à trouver ce produit devenu rare.

"A priori, nos industriels sont couverts en huile, au moins jusqu'à cet été", assure Bertrand Ouillon, délégué général de l'Interprofession française de la valorisation de la pomme de terre (UGPT), citant "des disponibilités en colza" et expliquant que les professionnels travaillent "sur des alternatives au tournesol, des panachages d'huiles".

Dans une grande surface de Montrouge (Hauts-de-Seine), de nombreux clients cherchant de l'huile repartent les mains vides, comme Solange, sac de courses vide à la main: "Je n'ai pas trouvé d'huile, c'est une grande surprise car avant je trouvais tout ce que je voulais."

"C'est à cause des gens qui paniquent"

Dans les rayons, en effet, plus aucune bouteille d'huile de colza, ni de tournesol à l'horizon. La direction du magasin explique que les dernières, reçues cette semaine, sont parties en 20 minutes à peine. Un casse-tête pour Korera, qui cuisine pour toute sa famille lors du ramadan. A la maison, il lui reste une seule bouteille d'un litre: "Cela ne va pas me faire tout le ramadan ça ! Les beignets, le mafé, le tiep... On ne peut pas le faire sans huile, c'est ça le problème".

Un autre client, Charles, ressort lui aussi bredouille. Trouver de l'huile bon marché, c'est devenu une chasse au trésor, regrette-t-il: "C'est à cause des gens qui paniquent". Et justement, pour prévenir une autre pénurie, celle de farine de blé, ce magasin demande à ses clients de ne pas acheter plus de cinq paquets.

Maryline Ottmann (édité par J.A.)