RMC

La Russie cesse ses exportations de gaz vers la Bulgarie et la Pologne

La Russie a mis ses menaces à exécution en annonçant ce mardi qu'elle ne livrerait plus de gaz à la Pologne et la Bulgarie. Deux pays pourtant très dépendants du gaz russe. Vladimir Poutine avait annoncé il y a quelques semaines que les pays qui ne payeront pas en roubles se seraient plus livrés.

Plus de livraisons de gaz russe pour la Bulgarie et la Pologne. Le géant Gazprom l'a annoncé ce mardi. Il cesse dès ce mercredi ses exportations de gaz vers ces deux pays, particulièrement actifs dans la lutte contre l'invasion russe en Ukraine.

Vladimir Poutine avait prévenu qu’il couperait les vannes aux pays de l’Union européenne s’ils ne payaient pas en roubles. C’est donc chose faite depuis ce mercredi matin pour ces deux pays membres et de l’UE et de l’OTAN, qui dépendent fortement du gaz russe.

À plus de 50% pour la Pologne, et même à plus de 75% pour la Bulgarie. Pour autant, pas de pénurie à venir en Pologne, promet le Premier ministre du pays.

“Nos stockages de gaz sont pleins à 75%. Il s’agit d’un taux de stockage élevé, bien supérieur à celui de la plupart des pays européens. La Pologne s’était engagée à diversifier ses approvisionnements en gaz. Nous serons capables de protéger les ménages et les Polonais contre cette escalade de la Russie”, indique-t-il.

Le début d'une escalade à l'échelle européenne?

Seules la Bulgarie et la Pologne sont pour l’instant concernées, mais les autres pays européens continuent également de payer le gaz russe en euros. Alors Vladimir Poutine peut-il priver de gaz toute l'Union européenne?

“Poutine veut montrer qu’en fait, il peut se passer de vendre son gaz aux Européens. C’est peut-être le début d’une escalade, soit du côté européen soit du côté russe”, selon Jacques Percebois, spécialiste de l'énergie.

Avant la guerre, le gaz russe représentait encore 40% des importations de l'Union européenne.

Romain Houg avec Guillaume Descours