RMC

Qui est Emomali Rahmon, le président du Tadjikistan, qui reçoit Vladimir Poutine ce mardi?

Le Tadjikistan, petit pays de l'Asie centrale, reçoit ce jour la visite de Vladimir Poutine. Le président russe sera accueilli par son homologue Emomali Rahmon, au pouvoir depuis 1994.

Le président du Tadjikistan, Emomali Rahmon, reçoit ce mardi la visite de Vladimir Poutine. On en parle parce que les déplacements à l’étranger de Vladimir Poutine sont de plus en plus rares. Il n'a quitté la Russie que deux fois en deux ans pour se rendre en Inde et en Chine. Depuis le début de la guerre en Ukraine, en février, il n’a pas bougé de Moscou, et ce mardi, il a donc choisi de se rendre à Douchanbé, capitale du Tadjikistan. C’était l’une des 15 républiques soviétiques qui formait l’URSS. C'était, et c’est toujours, la plus pauvre de ces républiques.

Le pays est dirigé par le même homme depuis 28 ans. Il s’appelle Emomali Rahmon. C’est un fils de paysan, un ancien militaire dans l'armée soviétique. Il est parvenu au pouvoir en 1994. Après l’éclatement de l’Union soviétique, le pays avait connu une terrible guerre civile entre les anciens communistes et les oppositions notamment Islamique. Ramon représentait le camp des communistes qui s’est finalement imposé. Et depuis, il dirige le pays d’une main de fer.

L'avenir assuré par son fils

Il a gagné 5 élections présidentielles, quasiment sans adversaire. Il a interdit tous les partis d’opposition, en particulier les partis religieux. Il dirige le Conseil des ministres, mais aussi les sessions du parlement et il a la haute main sur le système judiciaire. Autrement dit, il ne connaît pas la notion de séparation des pouvoirs.

Mais depuis 2015, il est passé à la vitesse supérieure. Il s’est fait attribuer le titre “fondateur de la paix et de l’unité nationale, leader de la nation”. Il bénéficie d’une immunité à vie qui lui garantit qu’il ne sera jamais poursuivi, il a le droit de se représenter aussi souvent qu’il le souhaite, il contrôle avec sa famille les principales entreprises du pays, et en particulier la plus grande banque.

Les associations de défense des droits de l’homme dénoncent un régime tyrannique, des arrestations arbitraires, des conditions de détention déplorables dans les prisons. Le président Rahmon a 70 ans, mais l’avenir est assuré. Son fils a été élu maire de Douchanbé, à trente ans, et il est le successeur désigné. Voilà donc le dirigeant que Vladimir Poutine a choisi d’honorer de sa première visite depuis la guerre en Ukraine. Le leader d’un pays de l’ancien empire communiste, celui dont Poutine est si nostalgique.

Nicolas Poincaré