RMC

Guerre en Ukraine: quel est l'état de santé de Vladimir Poutine?

Depuis plusieurs semaines, la santé de Vladimir Poutine est au centre de toutes les interrogations. Et les rumeurs vont bont train, entre maladie de Parkinson, sosies et cancer.

Vladimir Poutine, le président russe, est-il malade? Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, le 24 février dernier, les rumeurs vont bon train. Un rapport du renseignement américain indiquait la semaine dernière que le président russe souffrait d’un cancer. D'autres sources évoquent une maladie de Parkinson.

C’est un journal néerlandais qui a d’abord alimenté la rumeur en montrant des images de Vladimir Poutine à des neurologues d’une université hollandaise. Et ces derniers ont rendu le verdict suivant : le président russe marche avec une raideur dans le bras droit qui reste collé au corps. Symptôme selon eux d’une possible maladie de Parkinson. Et le journal ajoute que Vladimir Poutine pourrait également souffrir d’un cancer.

Mais cet article date de 2015, il y a sept ans donc. Tout cela pour dire que les spéculations sur l’état de santé de Vladimir Poutine ne sont pas nouvelles. Cela fait des années que les médias du monde entier s'interrogent sur sa santé physique et mentale.

De nouvelles images pour relancer les rumeurs

Mais récemment, de nouvelles images ont relancé les rumeurs. La télévision russe a diffusé une longue séquence où l’on voit le président recevoir son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Pendant 12 minutes, Vladimir Poutine apparaît ailleurs, incapable de se concentrer. Il donne même par moment l’impression de souffrir. Il tient fermement son bureau de sa main droite comme s’il voulait éviter que l’on voie sa main trembler. Enfin, sur ces images, il semblait avoir un visage boursouflé.

La presse anglaise a également diffusé une autre vidéo, un peu plus ancienne, où l’on voit le président russe rencontrer le président biélorusse Alexandre Loukachenko. Et de nouveau, Vladimir Poutine ne semble pas en forme. Sa main droite tremble un peu, ses jambes remuent bizarrement sous la table. Ce sont ces deux séquences qui ont relancé les spéculations.

Quelles sont les hypothèses?

Depuis deux ou trois mois, on a à peu près tout entendu. On a évoqué un cancer de la prostate ou un cancer du sang. On a parlé d’une opération récente ou bien d’une opération à venir.

Mais c’est le journal américain Newsweek qui, la semaine dernière, a été le plus précis. L’hebdomadaire cite trois responsables du renseignement américain selon lesquels Vladimir Poutine aurait subi en avril un traitement pour un cancer avancé. Et ces hauts responsables du renseignement disent craindre que le président russe soit de plus en plus paranoïaque. Mais la Maison Blanche a ensuite démenti avoir eu connaissance de ce rapport.

Quid de la santé mentale du président russe ?

Les hypothèses sur sa santé mentale vont bon train aussi. On a évoqué un syndrome d’Hubris, une maladie qui entraîne des désordres narcissiques et fait perdre le sens des réalités.

Un média russe opposé au Kremlin, la chaîne Telegram “General SVR”, affirme même que Poutine aurait subi une intervention chirurgicale le 12 mai.

Un ancien du MI-6, les services secrets britanniques, croit savoir que d’ici la fin de l’année, Poutine sera écarté et hospitalisé. Un ancien du KGB affirme que Vladimir Poutine dispose de sosies, et que d'ores et déjà, lorsqu’on le voit à la télévision, ce n’est pas forcément lui.

Bref, le sujet passionne le monde entier. Comme si l’invasion de l’Ukraine était un acte tellement fou qu’il faudrait faire appel à la médecine pour le comprendre…

Quel successeur en cas de départ ?

Forcément, si l’on pense Vladimir Poutine malade, on se demande qui pourrait le remplacer. Et un nom revient le plus souvent. Celui de Nikolai Patrushev, actuellement secrétaire du conseil de sécurité, ce qui veut dire principal conseiller pour les questions militaires.

Il a 70 ans, comme Poutine. C’est un ancien agent du KGB, comme Poutine. Un ancien dirigeant des services secrets, comme Poutine. C’est un faucon, c'est-à-dire un "va-t'en guerre". Dans des interviews, il a accusé les Etats-Unis et l’Europe de soutenir le régime ukrainien néo-nazi, comme Poutine.

Il pense que les Russes et les Ukrainiens ne forment qu’un seul peuple, comme Poutine. Bref, si Poutine devait être incapable de gouverner et si Patrushev le remplaçait, on n’y gagnerait pas au change.

Nicolas Poincaré