RMC

Tout ce que Trump fait depuis qu'il est président indique qu'il l'est devenu pour se faire virer

-

- - AFP

Depuis son élection, des milliers d'experts médicaux ont signé une pétition qualifiant Donald Trump de malade mental. Ils réclament sa destitution en tant que président "inapte à exercer ses fonctions", au nom du 25e amendement de la Constitution américaine. Mais pour le psychanalyste Ali Magoudi, "ce n'est pas son personnage qui est dangereux mais l'état du pays dans lequel il a été élu".

Ali Magoudi, psychanalyste et, entre autres, co-auteur de François Mitterrand. Portrait total, Jacques Chirac. Portrait total et Les Dits et les non-dits de Jean-Marie Le Pen. Enquête et psychanalyse.

"En étudiant un peu sa biographie, ce qui m'a frappé c'est que, quand il était adolescent, il s'est fait exclure de son école. A ce moment-là, son père l'a envoyé dans une académie militaire pour que son énergie débordante soit utilisée à de bonnes fins. Et, au regard de tout ce qu'il a fait ensuite dans sa vie, on constate qu'il s'est toujours mis dans la place de quelqu'un qui pouvait virer les gens. Plus jamais on n'allait le virer, lui.

Il est donc devenu chef d'entreprise et a ensuite animé l'émission de téléréalité The Apprentice dans laquelle il n'arrêtait pas de renvoyer les gens. Et il me semble que tout ce qu'il fait depuis qu'il est président de la République indique qu'il est devenu président pour se faire virer. Quand il dit qu'il ne veut pas respecter l'accord sur le climat signé par le monde entier c'est pour se faire virer.

"Il n'aurait jamais été élu président s'il n'avait pas été un narcissique soutenu par Twitter"

Il a des comportements qui ne sont pas caractéristiques d'un adulte réfléchi, posé, c'est le moins que l'on puisse dire. Il est notamment narcissique et c'est ce qui lui a permis d'être élu. Plus précisément, selon moi, Donald Trump n'aurait jamais été élu président des Etats-Unis s'il n'avait pas été un narcissique soutenu par Twitter. Le tweet est en effet une invention magique qui permet au narcissisme de se déployer dans toute la société. Entre Trump et le peuple, les citoyens, il n'y a plus d'intermédiaires.

Tout le monde s'était posé la question de savoir si, une fois élu, il allait cesser d'être narcissique, la réponse est non. On le voit bien puisqu'il continue de tweeter à outrance. Et ce qui est inquiétant, c'est que son narcissisme se déploie sans fin dans un espace géopolitique dominé par les nouvelles technologies de l'information. C'est ça qui est important car, j'insiste, sans Twitter, Donald Trump n'aurait certainement pas été élu président.

"Il ne devient dangereux que lorsqu'on se souvient qu'il est président des Etats-Unis"

De plus, il déteste les tiers régulateurs. Ce qui a pour conséquence que, lorsqu'il prend un décret présidentiel, il ne s'attend pas à ce qu'on lui dise non, que la loi lui dise qu'il n'a pas tous les pouvoirs. C'est ça le narcissisme en politique. Il ne supporte pas qu'il y ait un Etat de droit. La toute-puissance narcissique a une sainte horreur du tiers régulateur, du médiateur. Et cette toute-puissance narcissique décrit bien le côté brouillon de son début de mandat. Par exemple, il essaye d'interdire à certains ressortissants de pays arabes d'entrer aux Etats-Unis, et le lendemain, il s'aperçoit qu'il n'en a pas les pouvoirs.

On peut aussi dire de Donald Trump qu'il est instable, impulsif, mégalomane, quelque peu puéril mais fait-il peur pour autant? Est-il dangereux pour autant? Quand on le voit, il fait rire, il est comique, ridicule, grotesque mais il ne devient dangereux que lorsqu'on se souvient qu'il est président des Etats-Unis. Et qu'il a, même s'il est dans un Etat de droit, un pouvoir certain. Que ce pouvoir puisse être exercé avec ces traits de caractère, c'est à ce moment-là que cela devient dangereux. Mais ce n'est pas la première fois qu'un président des Etats-Unis, au nom du combat du bien contre le mal, est dangereux. La preuve avec George W. Bush.

"Ce n'est pas Donald Trump qui est dangereux mais l'état du pays dans lequel il a été élu"

Toutefois, il me semble que sa dangerosité relève faiblement de ses traits de caractère. Sa dangerosité est à mettre beaucoup plus en relation avec l'état des Etats-Unis, les gens qui ont voté pour lui. Ce n'est pas son personnage qui est dangereux, ce qui est dangereux c'est l'état du pays dans lequel il a été élu. 'Rendez l'Amérique grande à nouveau', cela peut dire 'Rendez l'Amérique blanche' après un président noir. C'est ça le plus inquiétant! Ce sont les gens qui ont voté pour ce personnage qui dit des choses relevant d'un malaise. Ce n'est pas l'Amérique conquérante qui a voté pour Trump.

A vouloir ne regarder que les traits de personnalité de Trump et ne pas voir qu'il y a un effet miroir, sans savoir si c'est Trump qui est le miroir de l'Amérique ou l'Amérique qui est le miroir de Trump, on risque de se fourvoyer dans la description et les conclusions de la dangerosité."

Propos recueillis par Maxime Ricard