RMC

Ukraine: Emmanuel Macron appelle au retrait des forces russes de la centrale de Zaporijjia

(illustration)

(illustration) - Ludovic Marin/AFP

Les tensions se poursuivent autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, au coeur du conflit ukraino-russe. Emmanuel Macron a appelé, ce mardi, au retrait des forces russes de la centrale, évoquant les "risques" que leur présence fait peser sur la sécurité du site.

Le président français Emmanuel Macron a appelé mardi au retrait des forces russes de la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, en soulignant les "risques" que leur présence fait peser sur la sécurité du site.

Lors d'un entretien téléphonique avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, il a souligné "sa préoccupation quant à la menace que font peser la présence, les actions des forces armées russes et le contexte de guerre avec les conflits en cours sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires ukrainiennes, et a appelé au retrait de ces forces", a indiqué l'Elysée.

La plus grande centrale d'Europe a été prise au début du mois de mars par les troupes russes, quelques jours après le début de l'invasion de l'Ukraine, lancée le 24 février.

La crainte d'une catastrophe nucléaire

Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont la Russie et l'Ukraine s'accusent mutuellement, ont visé le site, faisant craindre une catastrophe nucléaire. Une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU a eu lieu la semaine dernière.

Le président français a également "marqué son soutien" à la proposition de Rafael Grossi, directeur général de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique), d'envoyer une mission sur place "dans les meilleurs délais" pour inspecter le site.

Les deux chefs d'État ont "échangé sur les modalités d'une telle mission", a précisé la présidence française. La Russie a accusé les services de l'ONU d'avoir empêché la mission de l'AIEA. L'Ukraine s'y est de son côté opposée en considérant que cela légitimerait l'occupation russe du site aux yeux de la communauté internationale.

Lors de cet appel, les présidents français et ukrainien ont salué le départ mardi, d'un premier navire humanitaire affrété par les Nations unies et chargé de blé d'Ukraine vers l'Afrique. Les besoins y sont particulièrement urgents.

Emmanuel Macron a en outre réitéré le soutien de la France aux efforts européens pour exporter le grain ukrainien par voies routière et fluviale.

La rédaction avec AFP