RMC

Le pass vaccinal "peut-être" appliqué à partir du 20 janvier, selon Aurore Bergé

Invitée d’Apolline Matin ce vendredi matin sur RMC et RMC Story, la députée LREM des Yvelines, Aurore Bergé, a souligné l’importance de la vaccination et a estimé que, malgré le calendrier déjà serré, le pass vaccinal sera probablement appliqué dès le 20 janvier.

Prévu initialement pour le 15 janvier, le pass vaccinal prend désormais une nouvelle tournure. En effet, après plus de quatre heures de réunion en commission mixte ce jeudi, les négociations entre sénateurs et députés ont échoué après un tweet du patron de Bruno Retailleau rendant le calendrier un peu plus serré. Le texte sera finalement de retour à l’Assemblée nationale pour une ultime lecture.

"A Rambouillet, 9 lits sont occupés par des patients Covid-19. 7 d’entre eux ne sont pas vaccinés"

Néanmoins, les députés gardent espoir. Invitée dans "Apolline Matin" ce vendredi sur RMC et RMC Story, la députée LREM des Yvelines Aurore Bergé a estimé que "le pass vaccinal sera décalé de quelques jours" et entrera en vigueur "probablement" le 20 janvier.

Alors que la France fait face à une cinquième vague très contagieuse, Aurore Berger a insisté sur la nécessité de se faire vacciner. Lors d’une récente visite dans un centre de réanimation, à Rambouillet, "9 lits sont occupés par des patients Covid-19 et 7 d’entre eux ne sont pas vaccinés", a-t-elle rapporté.

Selon la députée des Yvelines, cette situation est devenue insupportable pour les soignants. "Ils nous interpellent parce qu’ils nous disent que ces situations sont insupportables, non pas parce qu’on doit soigner, mais parce que l’on ne devrait pas soigner ces personnes-là car si elles étaient vaccinées, dans la plupart des cas, ce serait évité", a-t-elle estimé.

"On arrive à réconcilier les enseignants, les parents et les élèves"

Lors de son intervention, Aurore Bergé a également abordé la forte mobilisation des enseignants contre le protocole sanitaire, notamment. D’après la députée LREM, les revendications "importantes" ont été entendues. 

"On arrive à réconcilier les enseignants, les parents et les élèves en donnant encore plus de moyens à l’école, plus de moyens de protection aux enseignants et en ayant des protocoles plus flexibles pour les parents et les enfants", a-t-elle souligné.

Khalil Rajehi