RMC

"On n'en peut plus": l'appel à l'aide de ces habitants, excédés par le bruit d'une plateforme logistique de Fleury Michon en Vendée

RMC S'ENGAGE POUR VOUS - Direction le fief historique du géant de l'agroalimentaire Fleury Michon à La Meilleraie-Tillay. Sur place, des camions frigorifiques déchargent nuit et jour, 6 jours sur 7, leurs palettes sur des chariots électriques à quelques dizaines d'habitations. Pour les habitants, c'est "invivable".

Des habitants de Vendée ont perdu le sommeil à cause de Fleury Michon. Nous sommes allées dans le fief historique du géant de l'agroalimentaire, à la Meilleraie-Tillay. Et le bruit est provoqué par un ballet continu de camions frigorifiques qui déchargent nuit et jour six jours sur sept leurs palettes sur des chariots électriques juste à côté d'habitations.

Fleury-Michon a rénové récemment d’anciens quais de livraison et depuis les riverains comme Sylvain ont perdu le sommeil.

>> A LIRE AUSSI - Avec le confinement, les Français de plus en plus attentifs au bruit

“Vous voyez ce bruit de ferraille, c’est en continu. Ce n’est pas vivable. C'est comme si vous preniez deux plaques de métal et que vous les tapiez l’une contre l’autre. C’est tous les jours comme ça. On dort deux heures et demie par nuit.

Il y a une dizaine d'habitations concernées. Les riverains ont fait une pétition. Ils ont tenté d'alerter le préfet, la mairie. Ils ont déposé une main courante à la gendarmerie, mais rien ne se passe. Yohan vit lui aussi juste à côté de la plateforme logistique.

“On a l’impression que tout le monde s’en fout, même le maire. On lui avait envoyé une lettre recommandée, il ne nous a jamais répondu. Mais bon, c’est Fleury Michon, donc une grande boîte, nous on est des simples salariés. Des fois, la nuit, je suis obligé de dormir ici dans la buanderie avec une couverture. C’est la fatigue quoi, on n'en peut plus”, s’effondre-t-il.

Fleury Michon respecte-t-il les normes en termes de bruit? 

“Le bruit, on l’entend, nous concède la directrice logistique de l'entreprise, Florence Rouy.. Après moi, je ne suis pas experte. Ce qui est important, c’est d’entendre ce qu’il se passe la nuit et nous, on n’y est pas allé la nuit. L’oreille de tout le monde n’est pas la même. 
Donc on attend le rapport d'expertise de notre expert en acoustique parce qu’on prend très au sérieux cette question-là. On a entendu l’alerte des riverains et on s’est engagé auprès d’eux. Et chez Fleury Michon, quand on s’engage, on s’y tient”, affirme-t-elle.

"Trouble anormal de voisinage"

Donc Fleury Michon a demandé une expertise acoustique. À un cabinet d'expertise dont elle a refusé de nous donner le nom. Alors nous aussi du coup, on a fait notre petite enquête la nuit avec une application smartphone qui mesure les décibels. Et on a montré les résultats à un avocat spécialiste des nuisances sonores.

"Les résultats sont impressionnants. On a un mesurage à 68 décibels en bruit ambiant, c’est l’équivalent d’une tondeuse à gazon donc c’est vraiment très important. N’importe quel bureau d’étude en acoustique constatera qu’il y a une ambiance sonore qui est intolérable et en soit s’il devait y avoir un procès derrière on parlerait immanquablement de trouble anormal de voisinage”, assure-t-il.

Donc pour résumer la loi ne serait pas respectée. Alors évidemment, on a fait des mesures avec un téléphone ce n'est pas totalement fiable, mais on est très au-delà des normes acoustiques acceptables par la loi. Normalement, c'est au maire de faire cesser le bruit, mais au téléphone, il nous a dit qu'il n'allait pas “fermer Fleury Michon pour quelques riverains qui râlent”. La préfecture elle aussi peut intervenir. D’ailleurs, les riverains ont écrit il y a quelques jours une lettre recommandée pour lui demander une inspection du site.

Marie Dupin et Anne-Lyvia Tollinchi avec Guillaume Descours