RMC

Affaire des sondages: Nicolas Sarkozy refuse de parler à la barre

-

- - -

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy ne devait initialement pas être convoqué au procès.

L'ancien président Nicolas Sarkozy, couvert par son immunité présidentielle dans l'affaire des sondages de l'Elysée, a opposé mardi le silence aux premières questions du tribunal correctionnel de Paris, invoquant la "séparation des pouvoirs".

"C'est un principe essentiel des démocraties qui s'appelle la séparation des pouvoirs et comme président de la République je n'ai pas à rendre compte de l'organisation de mon cabinet ou de la façon dont j'ai exercé mon mandat", a-t-il lancé.

L'ancien président de la République a dénoncé mardi à la barre une "décision parfaitement anticonstitutionnelle" et "totalement disproportionnée".

"Comme président de la République, je n'ai pas à rendre compte de l'organisation de mon cabinet ou de la façon dont j'ai exercé mon mandat"

Nicolas Sarkozy a prêté serment en levant la main droite, avant d'entamer une déclaration liminaire d'une dizaine de minutes.

"J'ai appris par la presse que vous aviez lancé un mandat d'amener pour me contraindre par la force publique à venir témoigner", a-t-il déclaré d'emblée. "De mon point de vue, cette décision n'est pas constitutionnelle et surtout elle est totalement disproportionnée".

"C'est un principe essentiel des démocraties qui s'appelle la séparation des pouvoirs et comme président de la République, je n'ai pas à rendre compte de l'organisation de mon cabinet ou de la façon dont j'ai exercé mon mandat", a-t-il lancé avant d'opposer son silence aux questions de fond du président du tribunal.

AFP