RMC

Avec son livre "Le Consentement", Vanessa Springora revient sans filtre sur sa relation avec l'écrivain Gabriel Matzneff et dénonce "l’hypocrisie d'une époque"

L'éditrice regrette qu'à l'époque la justice ne se soit pas mêlée de cette affaire et pointe du doigt l'indifférence de certains face à un "militant de la cause pédophile"

Alors que son livre "Le consentement", dans lequel elle raconte la relation qu’elle a eue avec l’écrivain Gabriel Matzneff alors qu’elle avait à peine 14 ans et lui plus de 40, sort ce jeudi, Vanessa Springora s’est confiée dans Le Parisien. Elle déplore "l’aveuglement" de tout un milieu. 

Son livre, elle l’a écrit à la première personne, thérapeutique, presque comme un journal. "Je n'ai absolument rien romancé" promet Vanessa Springora. La directrice des éditions Julliard revient sur sa relation avec l'écrivain Gabriel Matzneff, 36 ans de plus. Une telle histoire d'amour ? Pourquoi pas admet-elle. Mais le problème, c’est son attirance systématique pour les mineurs. 

Faire réfléchir les jeunes lecteurs

Dans cette interview accordée au Parisien, elle évoque son amour passionnel, mais pointe du doigt son amour à lui, de prédateur, maladif. L'écrivaine dénonce aussi l'indifférence des adultes face à un militant de la cause pédophile dit-elle, "l'hypocrisie de toute une époque". La loi aurait dû s'en mêler fustige Vanessa Springora. 

Un livre héritage notamment pour faire réfléchir un public de jeunes lecteurs, espère-t-elle, mais pas son fils de 14 ans, encore trop jeune à ses yeux. Pourtant, 14 ans, c'était son âge au moment des faits décrit dans le livre.

Laura Taouchanov avec Guillaume Descours