RMC

"Chaque nuit j'y pense": victime d'abus sexuels au sein de l'Eglise, Francis a attendu 50 ans pour témoigner

DOCUMENT RMC - Selon les premiers chiffres, entre 2.900 et 3.200 pédo-criminels ont sévi dans l'Eglise en 70 ans et plusieurs dizaines de milliers de victimes ont été recensées...

Francis avait 10 ans à peine, lorsqu’il a été agressé sexuellement par un prêtre. C’était il y a 63 ans. Mais même une vie entière n’a pas suffi à atténuer sa douleur: "Pratiquement chaque nuit j'y pense. Je me refais le film des conséquences, les moments où je n'ai pas saisi les possibilités d'intervenir".

Intervenir, et surtout oser parler. Francis mettra plus de 50 ans à le faire. Et les conclusions de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise, ont pour lui une valeur toute particulière: "Je n'aurai jamais pensé puisque j'avais déposé plainte, que le seul signe officiel que je reçoive vienne de la part de personnes indépendantes. C'est comme si j'entendais le verdict du procès".

>> A LIRE AUSSI - Abus sexuels dans l'Eglise: le rapport choc qui accable les instances religieuses

Plusieurs dizaines de milliers de victimes recensées

"J'ai eu besoin de me faire accompagner sur le plan psychologique et psychiatrique pour pouvoir reparler de cette histoire et de m'en sortir. Je veux recevoir une contribution", plaide Francis. Une réclamation qu'a entendu la Commission d'enquête qui réclame recommande une "réparation" financière pour les victimes de pédocriminalité dans l'Eglise française. Francis aimerait que soit érigé un lieu de mémoire, en hommage à tous ces enfants victimes. 

Le rapport Sauvé, du nom de l'initiateur de la Commission Jean-Marc Sauvé, estime à 216.000 le nombre de personnes de plus de 18 ans ayant fait l'objet de violences ou d'agressions sexuelles pendant leur minorité de la part de clercs ou de religieux catholiques en France de 1950 à 2020, selon ses conclusions rendues publiques mardi.

Et le nombre de victimes serait de "330.000 si l'on ajoute les agresseurs laïcs travaillant dans des institutions de l'Eglise catholique" (aumôneries, enseignants dans les écoles catholiques, mouvements de jeunesse), précise Jean-Marc Sauvé.

>> A LIRE AUSSI - Intempéries dans le sud-est: craintes d'un désastre écologique à Marseille

Marie Régnier (avec Guillaume Dussourt)