RMC

Explications de François Fillon: "maintenant, on sait quoi répondre aux Français"

François Fillon s'est expliqué ce lundi en conférence de presse. Une intervention particulièrement attendue par ses militants qui voulaient voir un sursaut de leur candidat, plébiscité à la primaire de la droite et du centre. Et, à Lyon notamment, ceux-ci se disent désormais rassurés.

Selon un sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico, réalisé après la conférence de presse de François Fillon, seulement 26% des personnes interrogées ont été convaincues par l'ancien Premier ministre. Mais les explications du candidat Les Républicains à l'élection présidentielle étaient particulièrement attendues par ses militants, notamment d'éventuelles excuses.

"Une élection présidentielle se gagne aussi sur la confiance que les électeurs ont dans le candidat qui portera les valeurs et la ligne de conduite durant les cinq ans à venir. Je pense donc que c'était très important qu'il présente ses excuses, pour que les Français puissent avoir confiance en leur futur président", estime Mathilde, qui soutient François Fillon depuis deux ans.

"On sent qu'il y a un cap"

Si ces explications arrivent à seulement trois mois de la présidentielle, ce n'est toutefois pas trop tard selon Antoine Henaff, responsable des Jeunes avec Fillon à Lyon: "Je pense qu'il a été assommé par cette semaine mais qu'il revient encore plus fort et encore plus sûr de sa volonté de faire gagner la France. Le timing est ce qu'il est mais je pense que nous sommes dans les conditions pour" remporter l'élection présidentielle".

"C'est bien qu'il est enfin dit les choses de manière claire et précise même si c'est peut-être un peu tard. Il aurait peut-être dû être aussi clair lorsqu'il était passé au JT de TF1, analyse Jean-Baptiste, membre du collectif Les Jeunes avec Fillon. Je suis donc plus rassuré qu'après son passage sur TF1 où l'on sentait qu'il y avait un choc mais on ne savait pas où l'on allait. Là, on sent qu'il y a un cap, que quelque chose devrait se passer. Cela donne des arguments pour aller sur le terrain. Maintenant, on sait quoi répondre aux Français".

M.R avec Gwenaël Windrestin