RMC

"L'argent matérialise qu'il s'est passé quelque chose": l'Eglise va vendre des biens pour indemniser les victimes de pédocriminalité

La Conférence des évêques de France a annoncé lundi à Lourdes la vente "de biens immobiliers ou mobiliers" pour financer le fonds d'aide aux victimes de prêtres.

Un mois après la publication du rapport choc de la commission Sauvé, la Conférence des évêques de France a annoncé lundi à Lourdes la vente "de biens immobiliers ou mobiliers" pour financer le fonds d'aide aux victimes de prêtres. Un emprunt est également envisagé pour pouvoir "honorer" les obligations de l'Eglise envers les 216.000 victimes de pédocriminalité recensées.

Et cette indemnisation est nécessaire pour les victimes. Yollande avait 6 ans quand ses parents ont invité un prêtre, un ami, à dormir à la maison: "Il était sur mon lit, dans ma chambre, il a mis un doigt dans mon vagin. Je suis restée sidérée, je ne savais pas du tout ce qui m'arrivait. Je suis restée longtemps avec quelque chose de bizarre et beaucoup d'incompréhension".

Les premières victimes reçues par la justice début 2022

Aujourd'hui l'indemnisation des victimes permet selon Yolande de comprendre le traumatisme subi: "Il y a quelque chose d'irréel. On se demande pendant longtemps si c'est vrai ce qui nous est arrivé. L'argent, la reconnaissance, ça nous met sur le plancher des vaches, ça matérialise qu'il s'est passé quelque chose, je trouve ça normal qu'ils payent".

Une instance indépendante s'occupera d'indemniser chacune des victimes. Elle sera présidée par une juge laïc spécialiste du droit des enfants: "C'est important que ce ne soit pas directement l'Eglise qui indemnise les victimes. Cela va être individualisé, ce ne sera pas en fonction de l'infraction subie mais plutôt du préjudice pour la personne victime, sur le mal qu'elles ont subi durant toute leur vie", estime Agnès Chareton, journaliste au Pèlerin magazine. Les premières victimes devraient être reçues par la juge et son équipe à partir du début de l'année 2022.

>> A LIRE AUSSI - "Chaque nuit j'y pense": victime d'abus sexuels au sein de l'Eglise, Francis a attendu 50 ans pour témoigner

Romain Poisot (avec Guillaume Dussourt)