RMC

Morts sur le Pont-Neuf: l'avocat du policier mis en examen appelle au calme

Laurent-Franck Liénard est l'avocat du policier qui a été mis en examen notamment pour "homicide volontaire" dans l'affaire des deux hommes tués sur le Pont-Neuf à Paris dimanche dernier. Il était l'invité de RMC ce vendredi matin et calme le jeu après l'appel à manifester des syndicats de police en soutien au jeune policier.

Deux hommes sont morts après les tirs d'un policier sur le Pont-Neuf, à Paris, dimanche soir. En voiture, ils avaient refusé un contrôle, et foncé sur les policiers présents devant le véhicule. Le policier auteur des coups de feu a été mis en examen ce mercredi pour "homicide volontaire".

C'est cette qualification que conteste Me Laurent-Franck Liénard, l'avocat du policier, qui réagit ce vendredi matin sur RMC.

"La qualification n'est pas très pertinente. Le policier qui fait usage de son arme pour se défendre d'une situation de danger ne veut pas tuer il veut arrêter, stopper. Il n'a pas une volonté d'homicide, son but est de se protéger lui ou de protéger autrui."

"On a le temps. Il n'y a pas lieu de s'exciter ou de s'énerver contre les qualifications"

La légitime défense n’a donc pas été retenue pour le moment pour ce policier âgé seulement 24 ans.

"C'est un prisme par lequel les magistrats prennent le dossier. Ca montre que les magistrats estiment que les tirs sont illégitimes, en tout cas certains d'entre eux. Il n'y a pas lieu de s'exciter ou de s'énerver car la qualification est évolutive. Donc peu importe la qualification retenue au départ, ce qui m'importe c'est la qualification retenue à la fin de l'instruction, dans plusieurs années. On a le temps. Il n'y a pas lieu de s'exciter ou de s'énerver contre les qualifications."

Le jeune policier est en poste au sein de la police nationale depuis un an et demi, et toujours stagiaire. Il faisait partie d'une compagnie chargée d'assurer la sécurité sur l'Île de la Cité.

Ce jeune policier est connu pour avoir plongé dans la Seine et sauvé une femme de la noyade alors qu'elle tentait de se suicider en février dernier. Ce dimanche, il a tiré avec un HK G36, un fusil d'assaut allemand qui équipe la police et la gendarmerie française depuis plusieurs années, en réponse notamment à la menace terroriste.

"L'institution judiciaire est aujourd'hui une machine à broyer les gens"

Laurent-Franck Liénard, l'avocat du policier, donne de ses nouvelles ce vendredi sur RMC. "Il est broyé. Il a imaginé la mort de sa collègue, vu des images terrifiantes."

Des syndicats policiers ont appelé à manifester pour soutenir ce jeune policier mais il estime que ce n'est pas forcément "pertinent", et appelle à "calmer le jeu".

"Je comprends la bonne intention des policiers qui veulent soutenir le jeune fonctionnaire. Mais je considère que c'est un peu dangereux, se dresser contre l'institution judiciaire. Car la démarche (de l'institution judiciaire) si elle n'est pas pertinente elle est en tout cas légitime. Très souvent la qualification est ensuite réduite. C'est très évolutif. Ce n'est pas la peine de se dresser contre l'institution judiciaire au risque d'énerver tout le monde."

De l'huile sur le feu? "C'est exactement ça, c'est le risque que l'on prend avec ce type de manifestation. Je pense qu'il faut respecter l'institution judiciaire", lance-t-il avant de l'attaquer un peu: "Il faut constater que c'est aujourd'hui une machine à broyer les gens. Je considère que les policiers sont traités comme des délinquants et que ça ne va pas. Ce n'est pas possible dans un état de droit. Il faut certainement réfléchir à de nouvelles procédures d'enquêtes."

J.A.