RMC

Procès du 13-novembre: Sonia, la "témoin providentielle", auditionnée à la barre

Le procès des attentats du 13-novembre se poursuit avec l'audition de Sonia, une témoin clé qui a permis de neutraliser l'un des terroristes des terrasses, Abdelamid Abaaoud. Depuis sa vie est bouleversée.

Elle est en visio-conférence. Sur l'écran, on ne voit que son ombre. Sa voix est modifiée. Sept ans après ce 13 novembre 2015, Sonia (son nom a été modifié) est l'une des témoins les plus protégées de France. Son témoignage avait permis, quelques jours après les attentats de Paris et de Saint-Denis, de trouver et de neutraliser Abdelamid Abaaoud, l’un des terroristes des terrasses.

Le 13 novembre 2015, Sonia héberge Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abdelamid Abaaoud, l'un des terroristes du commando des terrasses:

"J’hébergeais Hasna, à ce moment-là. Je travaillais avec les Restos du cœur et j'aidais souvent des gens à la rue. Le soir des attentats elle a dit 'bien fait, c’est des mécréants'", explique Sonia face au tribunal.

Sa rencontre avec Abaaoud

La vie de Sonia a basculé deux jours plus tard, le 15 novembre 2015. Ce jour-là, Hasna Aït Boulahcen a reçu un appel venu de Belgique: "Elle m’a dit que c’était son cousin et qu’il avait des problèmes. Il voulait qu’elle le retrouve à Aubervilliers, je suis allée avec elle pour les aider", raconte la témoin.

>>> A lire aussi: le témoignage de Sonia, celle qui a dénoncé Abaaoud (document RMC)

Sur place, plusieurs hommes l’attendent, dont Abaaoud qui se vente d’avoir commis les attentats du 13 novembre:

"Il est sorti d’un buisson et elle lui a sauté dans les bras. Il a dit 'le Xe c’est moi' et la j’ai compris que c’était Abaaoud. Je lui ai dit que c’était un assassin et il m’a dit que moi aussi j’étais une mécréante et que tous matins en se levant il avait envie de nous faire sauter."

Abdelamid Abaaoud demande à Hasna Aït Boulahcen de lui trouver une planque. La jeune femme, radicalisée depuis plusieurs mois, accepte et trouve finalement une planque à Saint-Denis, rue du Corbillon. Sonia en informe la DGSI qui pourra ainsi neutraliser Abaaoud, sa cousine et un complice, lors d'une opération du RAID et de la BRI, le 18 novembre 2015 au petit-matin.

La vie de Sonia a basculé

Depuis, Sonia vit sous le statut de "témoin protégé" prévu en 2016 par la loi renforçant la lutte contre le crime organisé et le terrorisme. L'enquête de la sous-direction anti-terroriste (SDAT) a qualifié le témoignage de Sonia de "providentiel". Un témoignage sans qui ils n'auraient pu localiser Abaaoud et Akhrou. Le président de la Cour a aussi "salué" son geste qui "a permis visiblement d’éviter d’autres attentats." En effet, les terroristes avaient prévus de s'en prendre au centre commercial de La Défense et à une crèche.

Pour Sonia, sa vie a basculé. Elle a dû changer d'identité, de ville,...

"Tous les jours j’essaie de me reconstruire. C’est un choix qui m’a coûté cher, ainsi qu’à mes enfants et mon compagnon. Est-ce que je mérite cette vie? Je me dis malgré tout que oui car c’était un sacrifice à faire. Mais je fais encore des cauchemars de cette rencontre avec Abaaoud, de ce moment où je lui ai serré la main sans savoir qui il était", conclut-elle.
Ambre Lepoivre avec MM