RMC

Que prévoit la loi contre le "revenge porn"?

RMC
Depuis 2016 seulement, la loi prend en compte le "revenge porn" et punit la diffusion d'images intimes sans le consentement de la personnes concernée.

On ne badine pas avec le "revenge porn" depuis 2016. En effet, la loi prévoit des sanctions lourdes. L’atteinte volontaire à l’intimité et à la vie privée d’une personne était déjà punie dans le code pénal, c’était déjà un délit, mais un nouvel article y a été ajouté en 2016 à l’occasion d’une loi consacrée au numérique.

Si ces atteintes volontaires portent sur des images ou des paroles à caractère sexuel, "les peines sont portées à deux ans de prison et 60.000 euros d’amende".

>> A LIRE AUSSI - "Il faut que tu m'envoies une photo de tes seins": le fléau du "revenge porn" chez les jeunes

60% des jeunes femmes de 15 à 25 ans victimes de cyber harcèlement

La loi punit l’infraction de "Revenge Porn" même si la personne a donné son consentement à l’enregistrement initial de la vidéo ou des images. Le seul fait que leur diffusion ait lieu sans l’assentiment de la personne suffit à constituer un délit…

Un peu moins de 300 condamnations ont été prononcées dans ce cadre en 2017 et 2018 selon le ministère de la justice 

D’après une étude publiée en octobre dernier, près de 60% des jeunes femmes de 15 à 25 ans ont déjà été victimes de cyber harcèlement et 39% d’entre elles disent avoir été menacés de violences sexuelles en ligne. Enfin, un numéro vert existe pour faire face à ces violences numériques, c’est le numéro de l’association e-enfance et c’est le 0800 200 000… 

Louis Amar (avec Guillaume Dussourt)