RMC

Procès 13-Novembre : Salah Abdeslam explique pourquoi il a renoncé à se faire exploser

Salah Abdeslam a accepté de parler au procès du 13-novembre et déclare avoir "renoncé" à se faire exploser, alors qu'il était dans un café du 18e arrondissement de Paris.

Il a décidé de parler. Après plusieurs mois de procès, Salah Abdeslam a, contre toute attente, décidé de s'expliquer face au tribunal, pour son dernier interrogatoire, et de dire pourquoi il ne s'était pas fait sauter le 13 novembre 2015.

Le 11 novembre 2015, Salah Abdeslam est à Charleroi. Il est alors mis au courant des attentats qui se préparent sur Paris deux jours plus tard par Abdelhamid Abaaoud:

"A la base je devais partir en Syrie, et quand il me dit qu’il va y avoir des attaques à Paris et que je vais devoir porter une ceinture et me faire exploser, ça a été un choc. J’étais pas prêt pour ça. Mais j’étais dans une impasse alors j’ai accepté", explique le seul survivant des commandos du 13-novembre.

Il devait se faire sauter dans un café

Muni de sa ceinture explosive, il se rend dans un café du 18e arrondissement de Paris. Il a alors "commandé une boisson" puis a "regardé les gens autour de (lui)":

"Je me suis dit 'non je vais pas le faire'."

Il poursuit en expliquant sa fuite jusqu'à Montrouge, là où il a jeté sa ceinture d'explosifs: "Alors j’ai pris la voiture et je suis parti. J’ai roulé et puis la voiture est tombée en panne. J'ai marché. J’ai acheté un téléphone, j’ai appelé Amri pour qu’il vienne m’aider mais il ne voulait pas alors il m’a mis en lien avec Àttou qui est venu me chercher plus tard. Puis j’ai jeté ma ceinture explosive."

"J’ai renoncé pas par peur mais par humanité parce que j’ai vu ces jeunes, plus jeunes que moi (dans le bar du 18e), je ne voulais pas les tuer", explique-t-il.

Il reconnaît avoir loué les voitures pour les différents commandos à la demande de son frère Brahim. Il explique aussi qu'il a déposé les kamikazes du Stade de France en voiture: "ils m’ont dit je les dépose et je fais la mission." Par contre, Salah Abdselam explique qu'il n'était pas au courant des autres cibles au Bataclan et sur les autres terrasses parisiennes.

Ambre Lepoivre (avec MM)