RMC

Trois morts dans une fusillade à Paris: ce que l'on sait sur l'attaque et le suspect

Une fusillade a éclaté dans le 10e arrondissement de Paris, ce vendredi midi. Au moins trois personnes sont décédées et trois autres sont blessées. Le tireur présumé, âgé de 69 ans, de nationalité française et connu notamment pour avoir attaqué un camp de migrants, a été interpellé. Il venait de sortir de prison.

Les faits

Aux alentours de 12h ce vendredi, un homme a tiré des coups de feux dans le 10e arrondissement de Paris. L'auteur présumé a été interpellé et transporté à l'hôpital en urgence relative, blessé au visage.

Les faits se sont déroulés à proximité d'un centre culturel kurde, dans la rue d'Enghien. Ce centre se trouve dans un quartier commerçant et animé, prisé de la communauté kurde.

"Un acte odieux", a estimé la Première ministre Elisabeth Borne sur Twitter, exprimant ses "pensées et plein soutien aux victimes" et sa "gratitude envers les policiers de la préfecture de police qui ont interpellé l'auteur présumé" et "aux pompiers de Paris engagés".

Le bilan

Au moins trois personnes sont décédées après avoir été touchées par des tirs. Trois autres ont été blessées, dont une qui se trouve en urgence absolue.

Selma Akkaya, une journaliste et activiste kurde qui était sur place, a indiqué à l'AFP que parmi les blessés, il y aurait "un célèbre chanteur kurde".

Le profil du suspect

L'auteur présumé des tirs est âgé de 69 ans et de nationalité française. La procureure de Paris a confirmé qu'il avait deux antécédents judiciaires dont un pour tentative d'homicide.

La première affaire s'est déroulée en Seine-Saint-Denis. Il avait récemment été jugé pour ces faits et "aurait été condamné, mais à la suite de la condamnation un appel aurait été interjeté par le parquet", selon la procureure.

Le second fait pour lequel il est connu des services de police a eu lieu le 8 décembre 2021. L'homme s'en était pris à un camp de migrants à proximité de Bercy. Il avait lacéré des tentes au sabre, blessant plusieurs personnes dont deux grièvement.

Il avait été mis en examen et placé en détention provisoire le 1er février 2022. "Il venait d'être remis en liberté", a précisé Laure Beccuau, procureure de Paris. Une sortie de prison qui a eu lieu le 12 décembre dernier. Il était sous contrôle judiciaire, dans l'attente du procès.

L'enquête

La piste d'un acte à caractère raciste va donc être étudiée par les enquêteurs. "Ces motifs vont évidemment faire partie des investigations qui viennent de débuter avec un très grand déploiement d'effectifs", a indiqué la procureure.

Le parquet national antiterroriste et ses services sont venus sur les lieux "mais en l'état, (...) il n'y a aucun élément qui privilégierait la nécessité de leur saisine", a souligné la procureure.

Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées. Les investigations ont été pour l'heure confiées à la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne.

Astrid Bergere