RMC

Fusillade à Paris: trois morts et trois blessés dont un en urgence absolue, un homme interpellé

Des coups de feu ont fait trois morts et trois blessés, dont un en urgence absolue, ce vendredi midi dans le 10e arrondissement de Paris. Un homme de 69 ans, déjà connu pour des antécédents judiciaires, a été interpellé par la police.

Plusieurs coups de feu ont été tirés dans le centre de Paris ce vendredi peu avant midi. Selon la procureure de Paris Laure Beccuau, la fusillade a fait trois morts et deux blessés dont un en urgence absolue.

Les faits se sont déroulés rue d'Enghien, dans le Xe arrondissement, au centre de la capitale, au niveau d’un centre culturel kurde. Un homme seul, âgé de 69 ans selon les premiers éléments, a ouvert le feu pour une raison encore inconnue. Blessé au visage, il a été interpellé dans la foulée par la police et placé en garde à vue. Les autorités et les secours sont sur place. L’enquête a été confiée à la brigade criminelle de la PJ parisienne.

Le suspect venait de sortir de prison

"Une enquête a été ouverte des chefs d'assassinat, homicides volontaires et violences aggravées" et "les investigations ont été pour l'heure confiées au 2e district de la police judiciaire (DPJ)", a précisé le parquet. Selon la procureure, le suspect avait deux antécédents judiciaires.

En décembre 2021, il avait attaqué un camp de migrants à Bercy. "Il venait d'être remis en liberté récemment", a indiqué la procureure de Paris. Dans la première affaire, les faits auraient eu lieu en Seine-Saint-Denis. D'après la procureure, il avait été condamné mais le parquet avait fait appel.

"Le meurtrier, lui-même en urgence relative, a été conduit à l'hôpital", a affirmé sur place la maire du Xe arrondissement, Alexandra Cordebard. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé se rendre sur place.

La Première ministre, Elisabeth Borne, a qualifié ce vendredi d'"acte odieux" cette fusillade mortelle, en exprimant ses "pensées" et son "plein soutien aux victimes et à leurs proches". "Gratitude envers les policiers de la préfecture de police qui ont interpellé l'auteur présumé" et "aux pompiers de Paris engagés", a poursuivi la cheffe du gouvernement dans un message sur Twitter.

"Panique totale"

"Sept à huit coups de feu dans la rue, c'est la panique totale, on est restés enfermés à l'intérieur", a témoigné auprès de l'AFP une commerçante d'un immeuble voisin souhaitant garder l'anonymat.

Selon un autre témoin, un habitant du quartier qui passait dans la rue, "il y avait des gens en panique qui criaient à des policiers: 'Il est là, il est là, avancez' en désignant un salon de coiffure". "J'ai vu des policiers rentrer dans le salon où j'ai vu deux personnes à terre, blessées aux jambes, j'ai vu le sang", a-t-il ajouté décrivant des "gens sous le choc et en panique".

Le Centre Ahmet Kaya, nommé en hommage au chanteur éponyme, est une association loi 1901 ayant pour objectif de "favoriser l'insertion progressive" de la population kurde installée en Ile-de-France.

LP avec Guillaume Biet