RMC

Violents affrontements entre des habitants et des forces de police à Lyon après le grave accident d'un jeune en scooter

Un adolescent de 13 ans a été grièvement blessé. Il est toujours dans le coma. Selon plusieurs témoignages de jeunes du quartier, le conducteur était poursuivi par une voiture de police banalisée. Une version démentie par la préfecture mais qui a tout de même mis le feu aux poudres.

Des tirs de mortiers, des jets de projectiles et des forces de l'ordre qui répliquent avec du gaz lacrymogène. Le calme est finalement revenu dans la nuit, à Lyon dans le quartier de La Duchère, après des affrontements entre la police et plusieurs dizaines d'habitants. 

A l'origine de cette colère: un accident de scooter survenu mercredi. Un adolescent de 13 ans a été grièvement blessé et toujours dans le coma. 

Les affrontements ont débuté peu avant 18 heures aux abords du lycée La Martinière Duchère. 

Selon la préfecture, six véhicules ont été brûlés et 12 personnes interpellées. Une compagnie de CRS est venue renforcer les effectifs de police déployés sur place. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène, et le calme était revenu vers 20h00.

"Vous croyez que ca me fait plaisir qu'ils cassent tout les gens?", Hamza, un habitant du quartier, appelle au calme. "Le message est clair, je ne veux pas de violence s'il vous plaît", indique-t-il.

Des renforts de police déployés

Ces tensions surviennent au lendemain d'un accident de scooter. Un adolescent de 13 ans, sans casque, a été grièvement blessé. Plusieurs jeunes du quartier assurent qu'il était poursuivi par une voiture de police banalisée.

Une version que dément fermement la préfecture. Dans un tweet, elle a "démenti les #FakeNews laissant sous-entendre que des policiers seraient impliqués dans un accident de scooter survenu hier". "À l'inverse, les policiers sont intervenus pour sécuriser le périmètre de l'accident suite à un appel au 17", a-t-elle ajouté.

"D'après les éléments qu'on connaît aujourd'hui l'équipage de police dont on parle est arrivé après l'accident, et après un appel au 17. l'équipage de police n'était pas sur place quand l'accident a eu lieu", explique Thierry Suquet, préfet délégué, sur RMC.

Pour contenir d'éventuelles nouvelles tensions, des renforts de police sont déployés sur le quartier. Les cours du lycée sont également suspendus ce vendredi. 

Margaux Bourdin avec Guillaume Descours