RMC

Annuler l’élection si la participation est inférieure à 50%: le "cri de douleur" d’Alain Jakubowicz

Face au record d’abstention au premier tour des législatives (52,49%), l’avocat Alain Jakubowicz s’alarme pour la démocratie. Dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, il explique sa "proposition", qui est plus un coup de gueule, d’annuler une élection si la participation est inférieure à 50%.

Moins d’un électeur sur deux qui vote ? Election annulée ! C’est la proposition qu’a formulée l’avocat Alain Jakubowicz dimanche soir sur Twitter, en suivant la soirée électorale du premier tour des législatives. "Il y a bien sûr de la provocation dans ma proposition, explique-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story. Ce n’est pas tellement une proposition, c’est un coup de gueule. Et c’est un également un cri de douleur d’un démocrate." Un démocrate très inquiet face au taux d’abstention record sur ce premier tour (52,49%).

"Une démocratie sans électeurs, ce n’est plus une démocratie, souligne le président d’honneur de la Licra. J’ai envie de citer Albert Camus: ‘Faites attention, quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles’. Notre démocratie est malade et je pense qu’il est important qu’on prenne des mesures fortes. Ce n’est pas possible, un parlement qui est élu à moins de 50% du peuple. Rappelez-vous de la définition de la démocratie. La démocratie, c’est une forme de gouvernement dans laquelle la souveraineté appartient au peuple. Qu’est-ce c’est un parlement qui représente moins de 50% du peuple? Aux élections municipales, nous avons atteint des taux de 70% de participation, dans le contexte, certes particulier, du Covid. Quelle est la représentativité d’un maire qui représente moins d’un électeur sur trois?"

"Il y a des gens qui se font trouer la peau aujourd’hui pour disposer d’un droit de vote"

"Jusqu’où allons-nous aller ? Ça fait des années, des décennies, qu’on se gargarise de démocratie… Mais qu’est-ce que c’est que cette démocratie ?, s’interroge Alain Jakubowicz. Je ne cesse d’interpeller mes concitoyens, mes avis, qui hurlent contre les politiques en place. Je leur dis: est-ce que vous avez voté ? Vous n’avez pas voté, c’est de votre faute."

Pour l’avocat au barreau de Paris et de Lyon, il est urgent de trouver des solutions pour renforcer la démocratie. "Nous sommes passés au XXIe siècle et nous raisonnons toujours sur la base d’une constitution qui est totalement anachronique. Je vois les propositions qui sont faites. Je rappelle qu’Aymeric Caron, qui est lui-même candidat de la Nupes à Paris, voulait instaurer un permis de voter avec contrôle de connaissances… On est dans le délire le plus complet. Après la présidentielle, il y avait une chronique qui tournait sur France Info, qui était parait-il très sérieuse, qui expliquait que les jeunes s’étaient fait voler les élections par les vieux et que par conséquent, il faudrait limiter le droit de vote à un certain âge. Mais où sommes-nous, dans quelle société ? Quelle est notre approche de la démocratie aujourd’hui ? C’est un mot merveilleux, la démocratie. Je rappelle que, pas très loin de nous, il y a des gens qui se font trouer la peau aujourd’hui pour disposer d’un droit de vote. Tout est à revoir en France. Est-ce que nos politiques auront ce courage ? Franchement, lorsqu’on voit les débats actuels, il y a lieu d’être inquiet."

LP