RMC

Législatives: la bataille des programmes économiques est lancée entre Nupes et Ensemble

Depuis la fin du premier tour dimanche et le score très serré entre les partis Nupes et Ensembles, les deux camps s'affrontent sur leurs programmes économiques respectifs. La Nupes accusant Emmanuel Macron de vouloir augmenter la TVA, Ensemble décrivant le programme de Jean-Luc Mélenchon comme pouvant mener à la faillite.

Bataille des chiffres en plein entre-deux-tours des élections législatives. La Nupes accuse Emmanuel Macron de se préparer à augmenter la TVA de 80 milliards d'euros. De son côté, le gouvernement juge dangereux le programme économique de Jean-Luc Mélenchon.

Dès 20 heures dimanche soir, les principales figures de la gauche ont lancé le débat en disant, "attention, Emmanuel Macron a un projet caché, il veut augmenter les recettes de la TVA de 80 milliards".

En fait, ce chiffre avait été avancé dès mardi dernier par la Nupes lors d’une conférence de presse. Jean-Luc Mélenchon expliquait: "Ils ont décidé de retirer 80 milliards d’euros du budget de l'État. L’équivalent du budget du ministère de l'Intérieur ou du ministère de l’Éducation nationale". "Et où vont-ils trouver ces 80 milliards?", demandait Jean-Luc Mélenchon. "Ils vont augmenter la TVA comme l’avait fait Nicolas Sarkozy".

Ce n’est pourtant ni dans le programme présidentiel d’Emmanuel Macron, ni dans les propositions de son parti, “Renaissance”, ni dans les premières annonces du nouveau gouvernement. Mais d'après les mélenchonistes, ce serait un "non-dit immense". Et c’est surtout le résultat d’un calcul qu’ils ont fait.

En présentant son programme économique le 17 mars dernier, Emmanuel Macron s'était engagé à ramener les déficits sous la fameuse barre des 3% du PIB, réclamée par l’Europe. Comme ce déficit s'élève actuellement à 160 milliards et 6,5% du PIB, pour le diviser par deux, il va falloir, selon ce calcul, augmenter les impôts de 80 milliards. C’est donc ce que la gauche appelle le programme caché. Olivier Faure, le patron du PS, a affirmé lundi matin qu’il avait des informations. Des informations selon lesquelles le ministère de l’Économie prévoit bien d’augmenter une part de la TVA. Et il appelle le gouvernement à clarifier la situation.

Le programme de Mélenchon, un risque de "faillite"

Le gouvernement affirme qu’il n’y a pas de programme caché, ni de non-dit. Que l’objectif est bien de réduire les déficits à 3% d’ici 2027, mais sans augmentation de la TVA. Le programme d'Emmanuel Macron prévoit au contraire des baisses d'impôt de l’ordre de 15 milliards sur le quinquennat. La moitié au profit des entreprises, la moitié au profit des ménages. Pour les ménages, il est prévu la suppression de la redevance audiovisuelle et des baisses de l'impôt sur les successions. Ces réductions des prélèvements seraient essentiellement financées par des économies.

Mais le gouvernement a surtout choisi de répondre par l’offensive, en attaquant le programme économique de la Nupes. La Première ministre Élisabeth Borne a traité Jean-Luc Mélenchon, non pas de futur Premier ministre, mais de premier menteur.

Pour Bruno Le Maire, le programme de Jean-Luc Mélenchon conduirait tout droit notre pays à la faillite. Gabriel Attal, l’ex-porte-parole du gouvernement, dénonce un programme de "ruine économique à plus de 330 milliards, non financé". Pour lui, pour éponger ces dépenses, il faudrait plus que doubler la TVA.

Les deux camps s’accusent donc en fait mutuellement de la même chose: le programme de leur adversaire ne serait pas crédible sans augmentation de la TVA.

Des accusations que La France insoumise conteste également. Le programme de la Nupes prévoit 250 milliards d’augmentation de la dépense publique, avec notamment la création d’un million d'emplois dans la fonction publique. Le tout financé par la relance générale du système. Une relance qui, avec ses effets vertueux, rapporterait 267 milliards de recettes.

Nicolas Poincaré