RMC

Campagnes présidentielles d'Emmanuel Macron: deux informations judiciaires ouvertes

Le parquet national financier a ouvert deux informations judiciaires sur les campagnes présidentielles d'Emmanuel Macron en 2017 et 2022, l'un sur les "conditions d'intervention des cabinets de conseils", en lien avec l'affaire McKinsey, et l'autre sur les "soupçons de favoritisme".

Enquête au plus haut sommet de l'État. Le parquet national financier a annoncé l'ouverture de deux infromations judiciaires, fin octobre, confirmant une information du journal Le Parisien. L'une concerne "les conditions d'intervention de cabinets de conseils" dans les campagnes victorieuses d'Emmanuel Macron et de "La République en marche!" en 2017 et en 2022, l'autre sur des soupçons de "favoritisme" les concernant.

Le Parquet national financier (PNF) a précisé que ces investigations de trois juges d'instruction du font "suite à plusieurs signalements et plaintes d'élus et de particuliers, une information judiciaire a été ouverte le 20 octobre 2022, notamment des chefs de tenue non conforme de comptes de campagne et minoration d'éléments comptables dans un compte de campagne, portant sur les conditions d'intervention de cabinets de conseils dans les campagnes électorales de 2017 et 2022".

Le ministère public a en outre ajouté que "suite à plusieurs plaintes d'élus et d'associations, une information judiciaire a été ouverte le 21 octobre 2022 des chefs de favoritisme et recel de favoritisme".

Un rapport du Sénat avait suscité de vives polémiques sur l'utilisation des fonds publics

Le 16 mars dernier, le rapport de la commission d'enquête du Sénat sur l'influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques avait mis au jour les liens entre Emmanuel Macron et le cabinet de conseil américain McKinsey. Ce rapport assurait que les contrats passés entre l'Etat et plusieurs cabinets avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021, pour un montant record de plus de 1 milliard d'euros en 2021.

Une enquête préliminaire avait été ouverte en avril 2022 pour "blanchiment aggravé de fraude fiscale aggravé", donnant lieu à une perquisition au siège français de McKinsey le 24 mai dernier. Les juges se penchent notamment sur les conditions d'attribution de contrats publics au cabinet américain, et ont ainsi choisi d'élargir cette enquête initiale.

J.A. avec AFP