RMC

"Certains se gavent, il faut dire stop": Fabien Roussel explique son appel à ne plus payer l'énergie

Dans un entretien au Parisien, Fabien Roussel a appelé les maires, les collectivités territoriales et les entreprises à ne plus payer les factures face à la forte augmentation des prix de l'électricité. Des propos qu'il a précisé dans "Estelle Midi", affirmant que l'Etat doit garantir des tarifs réglementés.

C’est un appel quelque peu surprenant qu’a lancé le député communiste du Nord, Fabien Roussel, dans les colonnes du Parisien pour le lancement de la fête de l’Humanité. L’élu a en effet encouragé les mairies, les collectivités territoriales et les entreprises à ne pas "payer leurs factures d'électricité", face à l’augmentation des prix.

“J'appelle les maires, les présidents de collectivités territoriales mais aussi les entreprises à ne plus payer leurs factures d'électricité quand celles-ci augmentent dans des proportions inacceptables", annonce le député du Nord, évoquant "un appel à la résistance républicaine".

Invité dans l’émission “Estelle midi” sur RMC ce vendredi, il a précisé son propos.

“Aujourd’hui nous ne sommes pas en pénurie d’électricité, nous sommes en train d’anticiper ce qui va se passer dans les mois et les années qui viennent. Mais aujourd’hui, il n’y a aucune raison à ce que les tarifs augmentent. Si ça augmente, c’est parce que c’est le jeu de l’offre et de la demande à la bourse. A un moment donné, il faut dire stop”, assure-t-il.

Si son appel peut sembler radical, il le tempère en assurant qu’il n’appelle pas à ne plus payer les factures.

“Je suis républicain. Mon appel, c’est pour que ce gouvernement réagisse et garantisse le fonctionnement de nos collectivités. Il faut que notre industrie puisse avoir de l’électricité à des prix stables, garantis. Il y a des usines qui sont en train de fermer pendant que certains à la bourse se gavent sur les prix de l’énergie et ce sont les ouvriers qui trinquent. Donc à un moment donné, il faut dire stop”, insiste-t-il.

Et ce n’est pas la première fois qu’un élu évoque cette idée. Jean-Pierre Bosino, le maire communiste de Montataire, une commune de 13.600 habitants près de Creil, avait menacé fin août "d'arrêter de payer" l'électricité de sa ville si rien n'était fait pour soulager les collectivités qui, contrairement aux particuliers, sont soumises au prix du marché, sans bouclier tarifaire.

Sortir du marché européen, une réelle solution?

Les prix de l'électricité pour 2023 sur le marché de gros ont battu fin août un record pour la France, atteignant plus de 1.000 euros le mégawatt/heure (MWh), contre environ 85 euros le MWh il y un an.

Fabien Roussel va même plus loin en estimant que la France, en tant que nation, doit sortir du marché européen de l’énergie et doit retrouver une indépendance énergétique.

"Il faut qu'on dise stop. On doit dire que nous en France, nation, on veut retrouver la maîtrise de la tarification de l'énergie. D'ailleurs, d'autres pays viennent de décider de le faire comme l'Espagne et le Portugal", assure-t-il.

Pour retrouver cette maîtrise de la tarification, il estime que l'Etat doit "investir massivement dans nos centrales nucléaires, qu'on a abandonnées".

Guillaume Descours