RMC

Corrida: le débat sur l'interdiction plonge députés de tous bords dans l'embarras

Mercredi prochain, l'interdiction de la corrida sera discutée en commission. Une question qui divise et gêne les députés, quel que soit leur camp politique, entre tradition locale et bien-être animal.

L’interdiction de la corrida, proposée par l’insoumis Aymeric Carron, arrive mercredi en commission, mais plonge les groupes politiques dans l’embarras. A droite comme à gauche, ça tergiverse, alors que la SPA lance une campagne choc pour alimenter le débat. Pour ou contre la corrida? Quand on pose la question aux députés, beaucoup d’entre-eux sont gênés, haussent les épaules et répondent "je ne sais vraiment pas quoi faire".

Des députés perdus

Une députée Renaissance est tellement perdue qu’elle a lancé cette semaine un sondage sur la boucle WhatsApp qu’elle a avec ses militants, ses élus locaux et électeurs pour se faire un avis. Les chefs du groupe Renaissance à l’Assemblée sont prêts à abolir la corrida mais il devrait bien y avoir une liberté de vote pour les élus macronistes.

Pour éviter, quand même, de donner un blanc-seing aux Insoumis, un député macroniste un peu malin imagine que ceux seraient prêts à voter pour le texte d’Aymeric Caron 'seront sûrement aux toilettes au moment du vote'. Une question doit encore être tranchée: quel ministre sera au banc dans l’hémicycle pour contrer le texte? Eric Dupond-Moretti est fortement pressenti et en aurait très envie.

Voter contre la corrida, pour certains, c’est voter contre les traditions et les territoires et ça, c’est du carburant pour le RN. "Si on veut leur confier les clés, il n’y a rien de mieux", lâche un député macroniste. Même un député socialiste va dans ce sens: élu sur une terre de tauromachie et il confie: "je ne peux pas mépriser le mec qui habite au bout de ma rue. Alors, si je soutiens la fin de la corrida, je suis battu par l’extrême-droite dans la minute." Le RN ne donnera pas de consigne de vote mais votera majoritairement contre le texte des insoumis.

>>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

Insoumis et écolos main dans la main

LFI soutiendra forcément le texte puisque c’est le leur. Chez les écologistes, c’est dans l’ADN du groupe de protéger la cause animale et "ça fait longtemps qu’on porte ce combat", explique une députée EELV. Tant pis si "des députés sont embarrassés parce qu'ils craignent de froisser leur électorat". L'exemple est notamment pris des élus des Landes. Pour cette élue, "ils doivent porter leurs convictions !"

Encore faut-il que le texte soit bien examiné: il est quatrième dans la liste des propositions de loi déposées par LFI le jour de leur "niche parlementaire": ils ont un jour par an où tout s'arrête à minuit. Le risque étant, selon un conseiller de la majorité, que les oppositions jouent la montre sur les textes précédents pour éviter d’en arriver à la corrida

Hélène Terzian avec MM