RMC

Depuis la victoire de Benoît Hamon, Emmanuel Macron engrange les adhésions

Depuis dimanche soir et l'élection de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, le mouvement d'Emmanuel Macron, En Marche, a enregistré plus de 3.000 adhésions supplémentaires. Et sur le terrain, RMC a pu constater auprès d'une de ses équipes que le choix de François Fillon à droite et Benoît Hamon à gauche était une aubaine pour l'ancien ministre de l'Économie.

Depuis dimanche soir et la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche, le mouvement d'Emmanuel Macron, En Marche, a enregistré plus de 3.000 nouvelles adhésions, selon nos informations. Depuis une semaine, il enregistre entre 1.000 et 1.500 nouvelles adhésions par jour, selon Benjamin Griveaux, porte-parole du mouvement de l'ancien ministre de l'Économie. En Marche compte ainsi aujourd'hui plus de 165.000 adhérents et 3.692 comités locaux. Et ça pourrait gonfler encore.

Sur le terrain, les militants d'En Marche multiplient les campagnes de tractages pour attirer encore plus de soutiens. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'attirance est réelle pour Emmanuel Macron, comme a pu le constater RMC, qui a suivi une de ses équipes dans une gare de l'Essonne.

"Hamon est trop à gauche, Fillon trop à droite"

Sur le tract, "des propositions sur le travail". Des propositions qui pourraient séduire Véronique, pas franchement convaincue par Benoît Hamon. "Pour moi il est trop à gauche, mais Fillon est trop à droite donc j'ai un vrai problème en fait. Je ne sais vraiment plus quoi voter, là. Je suis perdue!" Tatiana aussi est perdue, elle a toujours voté à gauche mais trouve la mesure phare du vainqueur de la primaire irréalisable. "Le revenu universel, c'est une hérésie. Sans travail en contrepartie, ce n'est pas normal".

C'est ce genre de profil que les militants d'en Marche cherchent à convaincre, pariant sur une impossible réconciliation des socialistes. "Vu les critiques qu'a fait Manuel Valls sur le revenu universel, je vois mal comment ceux qui ont l'ont soutenu à la primaire pourraient voter pour Benoit Hamon", anticipe Laëtitia Romeiro Dias, déléguée départementale d'En Marche pour l'Essonne. Un département qui revendique 500 nouveaux adhérents depuis le début de l'année.

P. Gril avec Cécile Costes