RMC

Dupont-Aignan Premier ministre de Le Pen: "il serait incapable de conduire un gouvernement"

-

- - -

Marine Le Pen a annoncé ce samedi que le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, serait nommé Premier ministre si elle remportait la présidentielle. Pour le député-maire Patrick Ollier (Les Républicains), "choqué" par cette alliance, Nicolas Dupont-Aignan "trahit toutes les idées gaullistes qu'il a défendues depuis toujours".

Patrick Ollier est député-maire Les Républicains des Hauts-de-Seine et président de la Métropole du Grand Paris. Il préside également l'amicale gaulliste des députés.

"Je suis choqué et extrêmement étonné par cette alliance. Déjà, Nicolas Dupont-Aignan ne me semble pas capable de conduire un gouvernement pour diriger le pays. Surtout, le fait qu'il se dise gaulliste et rejoigne Marine Le Pen, c'est stupéfiant. C'est la fille Jean-Marie Le Pen, héritière des idées de ceux qui ont voulu tuer le général de Gaulle au Petit Clamart et qui ont conduit avec beaucoup de hargne et de haine le combat contre le mouvement gaulliste".

"C'est une attitude qui provoque de la honte et du déshonneur. Trahir toutes les idées qu'il a défendues depuis une trentaine d'années pour un poste virtuel de Premier ministre, c'est stupéfiant et choquant".

"Il y a un risque"

Mme Le Pen est à la recherche de soutien. Qu'un micro parti la rejoigne lui donne le sentiment de constituer une alliance et d'enclencher une dynamique. J'espère que les Français ne s'y laisseront pas prendre parce que c'est un subterfuge un peu léger. Je pense que les Français sont réfléchis et que les électeurs de François Fillon ne peuvent pas être dupes de cette attitude-là. En outre, je pense que ce n'est pas que cette alliance soit une bonne chose pour Marine Le Pen.

Toutefois, il y a un risque parce que ça donne l'impression de banaliser le danger que représente l'arrivée du FN à l'Elysée, et des personnes peuvent se laisser prendre. C'est pour cela que nous allons, nous Républicains, développer la semaine prochaine une campagne pour dénoncer tout cela. Si on a pu avoir au sein des Républicains des débats au bureau politique, pour nous les choses sont clairs: pas une seule voix pour Marine Le Pen!"

Propos recueillis par Philippe Gril