RMC

Européennes: La France insoumise mise sur la reconquête des quartiers populaires

Quatrième de la présidentielle, le parti de Jean-Luc Mélenchon est en moins en moins bonne posture pour les élections européennes de dimanche selon les sondages. Les militants tentent de mobiliser les abstentionnistes jusqu'au dernier moment.

La gauche sera-t-elle la grande perdante des élections européennes? A 5 jours du scrutin du 26 mai, les partis de gauche apparaissent plus faibles et divisés que jamais, ne totalisant dans les sondages pas plus de 30% des intentions de vote toutes formations de gauche confondues.

Pourtant, certains ont démarré leur campagne de terrain très tôt, à l’image de La France insoumise. 19% des voix pour Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle en 2017, La France insoumise se dispute aujourd’hui la 4ème place de l’élection au coude à coude avec EELV, avec pour les deux partis entre 7 et 10% des intentions de vote.

Avec un défi de taille pour La France Insoumise, reconquérir le vote des quartiers populaires qui avait pour partie porté Jean-Luc Mélenchon en 2017.

Nous avons suivi des militants insoumis à Lille. Là bas, aux élections européennes 2014 l'abstention avait atteint 61%, plus que la moyenne nationale (57,57%).

A Wazemmes, quartier populaire du sud de Lille parsemés de HLM en brique, l’abstention frise les 60%. Tracts à la main, Fanny, Julien, Amélie, Aurélien pénètrent dans un premier immeuble pour une session de porte-à-porte.

"Je vais vous dire franchement, on ne croit plus trop aux élections"

Etage par étage, ils frappent à toutes les portes, beaucoup restent closes. Au rez de chaussée, Mabrouk ouvre la sienne et explique ses revendications pour le scrutin. 

"Je suis en réflexion, je ne sais pas trop. Ma préoccupation directe de Français moyen est d'avoir un logement décent et du travail", explique-t-il en dialoguant avec un militant qui tente de le convaincre que La France insoumise compte oeuvrer en ce sens. Mais difficile de le convaincre.

"Je vais vous dire franchement, on ne croit plus trop aux élections. On est déjà étouffés par les problèmes du quotidien et quand on nous parle d'Europe... Ce n'est pas moi l'Europe ça ne nous concerne pas, c'est pour d'autres."

"Les gens s'intéressent au scrutin au dernier moment"

Aller chercher les voix des abstentionnistes, une par une, un travail de titan pour ces militants.

"Les gens s'intéressent au scrutin au dernier moment donc il faut vraiment y aller jusqu'au bout."

Dès ce matin, ils tracteront à nouveau sur les marchés, à la sortie des écoles... Avec pour objectif de dépasser la liste des Républicains, en troisième place dans les intentions de vote

Juliette Droz (avec James Abbott)