RMC

Flambée des carburants: "Il faut bloquer les prix à 1€40 le litre" estime Manuel Bompard

Invité de la matinale week-end de RMC, ce dimanche, Manuel Bompartd a estimé qu'il fallait bloquer les prix des carburants à 1€40 le litre et a appelé à une résolution diplomatique dans la crise en Ukraine.

"Ce n'est pas la bonne méthode." Invité ce matin de la matinale week-end de RMC, Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, estime que la mesure, proposée par Jean Castex, d'une "remise à la pompe de 15 centimes par litre" n'est pas suffisante.

Bloquer le prix de l'essence

"La situation est dramatique" juge Manuel Bompard qui estime que cette proposition de Jean Castex n'est en fait pas assez poussée:

"Le prix du carburant a gagné 60 à 70 centimes par rapport au début de la crise. Une remise de 15 centimes c'est mieux que rien du tout certes, mais c'est très largement insuffisant et ce n'est pas la bonne méthode. Il faut bloquer les prix à 1€40 le litre",

La proposition du Premier ministre consiste à rendre aux Français le relicat de TVA gagné par l'État avec l'augmentation du prix de l'essence. Quelque chose de "légitime" pour le député européen LFI: "iI n'est pas normal que dans cette situation, l'État s'en mette plein les poches."

Le souhait du directeur de campagne de l'Union populaire est aussi de mettre à contribution les distributeurs de gaz, d'électricité, de carburants, qui "ne sont pas à mis contribution":

"Total c'est 16 milliars d'euros de bénéfice l'année dernière. Il est normal que dans une situation comme celle-ci, ils fassent des efforts et aujourd'hui, il n'en font aucun."

"Une solution diplomatique" en Ukraine

"Il faut discuter avec tout le monde." Manuel Bompard souhaite une sortie de crise diplomatique en Ukraine.

"Il n'y a pas de solution militaire à ce conflit, la solution est nécessairemnt diplomatique", est-il persuadé.

Mettant en garde "une seule erreur qui pourrait mener à une escalade dangereuse", alors qu'il y a eu des bombardements près de la frontière polonaise. "Je crains des actes de guerre dans l'Union européenne, j'espère qu'on en n'arrivera pas là", explique-t-il.

Pour lui, il y a trois choses importantes à faire dans ce conflit. D'abord, "un effort de solidarité immédiat avec la population ukrainienne: les aider et accuelir ceux qui fuient les bombes." Ensuite, "des sanctions ciblées contre les oligarques qui entourent Vladimir Poutine, pas des sanctions qui touchent la population russe". Et enfin, une sortie de crise diplomatique.

Estimant qu'il "ne faut pas se tirer une balle dans le pied" et pour protéger les Français d'une hausse des prix encore plus importante, il ne souhaite pas un embargo sur le pétrole russe ou des sanctions contre TotalEnergies qui reste en Russie. Le député européen LFI juge aussi que "le président de la République a raison de maintenir le dialogue avec Vladimir Poutine et avec le camp ukrainien."

Son appel aux électeurs de gauche

Pour conclure et alors que la Jean-Luc Mélenchon oscille entre la cinquième et la troisième place dans les sondages, dans la marge d'erreur avec la place qualificative avec le second tour, Manuel Bompard a souhaité lancer un appel aux électeurs de gauche.

"Il faut continuer à convaincre. L'hypothèse Mélenchon au second tour de la présidentielle est une hypothèse crédible, est une hypothèse sérieuse. C'est une hypothèse qui changerait le cours des choses", explique-t-il.

Luttant contre le "fatalisme" d'un duel Macron contre l'extrême droite, Manuel Bompard pose une question aux électeurs de gauche:

"Est-ce que vous voulez d'un deuxième tour où on parle de retraite à 60 ans, d'augmenter le SMIC, les salaires, ou un deuxième tour entre l'extrême droite et Macron ? Vous avez la possibilité de chasser l'extrême droite du second tour: pour cela, il faut utiliser le bulletin de vote Mélenchon", conclut-t-il.
https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC