RMC

Grève: "Nous ne soutenons pas le blocage" explique le député RN Jean-Philippe Tanguy

Dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, le député Jean-Philippe Tanguy a expliqué la position du Rassemblement national face aux mouvements de grève. Il soutient les revendications des Français pour des hausses de salaire, mais pas les moyens d’action de la CGT notamment.

Quelle position pour le Rassemblement national sur les mouvements de grève qui touchent la France ces dernières semaines et plus particulièrement ce mardi dans plusieurs semaines ? Invité d’"Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, le député de la Somme Jean-Philippe Tanguy juge que les revendications des Français pour des hausses de salaire sont "légitimes", mais que les actions des syndicats, et principalement celles de la CGT, pénalisent les travailleurs et pas le gouvernement ou les dirigeants d’entreprise.

"Le choix de la CGT divise la société française"

"On comprend la position des Français, explique-t-il. Il y a une très large majorité de Français qui sait que les revendications salariales sont légitimes, que les salaires réels n’ont pas suivi l’inflation... Mais de l’autre côté, ils savent bien que la méthode utilisée par certains grévistes, en particulier la CGT, ne vise pas les bonnes cibles. M. Pouyanné, le dirigeant de Total, il va encore avoir sa voiture avec chauffeur, il pourra encore se balader en jet privé… Son quotidien n’est pas impacté. Ceux qui sont impactés, ce sont les autres travailleurs, les soignants, les familles. Le choix de la CGT divise la société française et les salariés au lieu de créer un élan de solidarité qui permettrait d’augmenter les salaires."

Pour aider les salariés, le RN propose que "toutes les entreprises qui augmentent de 10% leurs salaires ne voient pas de charges sur cette augmentation". "C’est un moyen concret pour aider les entreprises, assure Jean-Philippe Tanguy. Marine Le Pen a aussi proposé l’ouverture d’une conférence salariale pour voir ce qui bloque et comment on peut aider. Ce qui est sûr, c’est que la question doit être au centre du débat politique."

"Le gouvernement est entièrement responsable de cette situation"

Dans les raffineries et les dépôts de carburant, la grève a pour conséquence de mettre à sec de nombreuses stations-service. "Nous ne soutenons pas le blocage, souligne Jean-Philippe Tanguy. Tout ce qui aggrave la situation des salariés, qui met en péril le pays, nous ne le soutenons pas. Mais il ne faut pas oublier que le gouvernement est entièrement responsable de cette situation, qu’il n’a pas anticipée, qu’il a méprisée pendant des semaines. Et maintenant, il court derrière. Après une réunion avec le président, la solution qu’ils ont prise, c’est de dire aux préfets qu’on va passer au cran au-dessus… Je ne vois pas de mesure concrète pour que la situation s’améliore."

LP