RMC

Grève: le syndicat SUD-Rail demande à la SNCF une augmentation de 400 euros

À la SNCF, le mouvement de grève de ce mardi est fortement suivi. La moitié des trains régionaux pourraient connaître des difficultés. SUD-Rail entend reconduire le mouvement et demande une augmentation de 300 à 400 euros, au minimum.

Des perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire ce mardi, au moins. Jusqu'à un train sur deux pourrait être affecté dans certaines régions de France, dans le cadre de cette grève interprofessionnelle. SUD-Rail, la troisième organisation à la SNCF, va proposer aux cheminots une grève reconductible Objectif: obtenir une augmentation de salaire de 300 à 400 euros au minimum.

D'ores et déjà, le DRH de la SNCF a assuré que le calendrier des négociations annuelles obligatoires sur les salaires prévues en janvier ne serait pas modifié.

"Des augmentations de salaire que chacun mérite"

"En 17 ans, j'en ai vu des mobilisations, mais aussi forte que ça, non. La base est là, elle est en colère et elle ne va pas rentrer chez elle tout de suite", affirme Stéphane, agent de maintenance. Ce salarié est déterminé. "On va rattraper les autres secteurs qui peuvent se mobiliser largement. Moi je n’ai pas peur de le dire, c’est pour bloquer. Pour aller chercher les augmentations de salaire que chacun mérite." Et la demande d'augmentation n'a pas été choisie au hasard.

"On voit qu’on a du mal à vivre avec nos salaires, il nous manque 300 à 400 euros par mois minimum. Tout augmente de 10, 15 ou 20%, que ça soit pour se chauffer, se loger ou se soigner. Ça n'est pas une augmentation en pourcentage parce que 10% de 1.300 euros, ça ne reste que 130 euros et c’est insuffisant. Si on nous ajoutait 300 ou 400 euros, on pourrait recommencer à vivre dignement", affirme Xavier Bregail, représentant du syndicat SUD-Rail Paris Nord.

Pas des privilégiés

Ce syndicaliste rappelle qu'il "manque plus de 1.000/1.200 conducteurs sur tout le pays. Tous les jours, il y a des trains supprimés par manque de conducteurs". Pour lui, le constat est clair: "La SNCF n’arrive pas à recruter, ça illustre le fait que dans cette boîte, on nous fait passer pour des privilégiés mais on ne l’est pas".

Combien de temps cette grève va-t-elle durer à la SNCF? "On verra parce qu’effectivement les journées de grève, la direction les compte. Il y a aussi les fins de mois à boucler et on n’a pas beaucoup, mais s'il y a besoin de faire du sacrifice pour qu’au bout on puisse obtenir ce qu’on a besoin, il faudra le faire aussi", explique Jean-Michel, agent commercial.

AB avec Martin Cadoret