RMC

L'Etat va limiter le recours aux cabinets de conseil: "C’est de la com", tacle l'association Attac

Le recours aux cabinets de conseil va être plafonné, a annoncé le gouvernement ce jeudi par l'intermédiaire du ministre de la Transformation publique Stanislas Guérini. Mais pour l'association Attac, ce n'est qu'une opération de communication alors que le plafond restera élevé.

Régulièrement utilisés par le gouvernement d’Emmanuel Macron lors de son premier quinquennat, les cabinets de conseil vont voir leur partenariat avec l'executif plafonné. Jeudi, Stanislas Guerini, le ministre de la Transformation publique, a annoncé que le coût des missions de conseil confiées par l’Etat à ces cabinets privés sera désormais plafonné à 2 millions d’euros dès 2023.

L’Etat souhaite réduire les dépenses à 150 millions d’euros par an entre 2023 et 2027 et instaurer un plafond à 2 millions d’euros par prestation. Un seuil jugé trop élevé par certaines associations comme ATTAC qui rappellent qu’en 2021, les prestations s’élevaient en règle générale à quelques dizaines voire centaines de milliers d’euros.

"L'Etat est en capacité de se passer de ces prestations"

"Cette annonce ne résout pas le problème, c’est de la com avec un gouvernement qui est acculé face à un scandale. On a un problème de fond avec le recours à ces cabinets et ce qu’on devrait demander, c'est la fin du recours à ces cabinets privés", déplore Julien Rivoire, le porte-parole d'ATTAC France

"L'Etat est en capacité y compris de se passer de ces prestations auprès de cabinet privés. On a une haute fonction publique qui serait tout à fait en capacité de faire ces expertises de donner des conseils c’est même sa fonction", ajoute-t-il.

Pas plus de deux contrats consécutifs

L'exécutif entend aussi être transparent au sujet des missions de conseil: la nature de chaque prestation devra être publiée, sauf dans certains cas particuliers, notamment en ce qui concerne les questions de défense.

Enfin, le ministre Stanislas Guerini veut limiter le recours aux mêmes prestataires privés, avec maximum deux contrats consécutifs.

Marion Theissen (avec G.D.)