RMC
Exclusivité

"Le pacte de confiance, c'est plutôt un pacte de défiance", tacle le maire de Lyon Grégory Doucet

Le maire EELV de Lyon Grégory Doucet a assuré ce mercredi, sur RMC, ne pas vouloir faire d'austérité dans sa ville. Mais être sûr d'atteindre en avance les objectifs de sobriété fixés par le gouvernement.

Les maires, réunis à Paris à l'occasion du Congrès des maires de France, craignent de ne plus pouvoir payer leurs factures face à l'explosion des prix de l'énergie. Certaines municipalités comme Bayonne, Saint-Etienne, Limoges ou Nanterre ont déjà choisi de renoncer aux cérémonies de vœux de janvier.

Emmanuel Macron est attendu au congrès ce mercredi après-midi, avant de recevoir 1.000 maires dans la soirée à l'Elysée, alors que le gouvernement appelle les municipalités à faire des économies. Dans "Apolline Matin", ce mercredi sur RMC et RMC Story, le maire EELV de Lyon Grégory Doucet assure avoir déjà lancé un plan de sobriété, en concertation avec les autres groupes politiques.

"On s’est fixé comme objectif 10% en un an. Le gouvernement avait demandé 10% sur deux ans, nous on fera cette économie sur la première année avec des ajustements de température dans les lieux publics et les bureaux de la ville, ainsi que des mesures sur l’éclairage", explique l'élu.

"Je maintiens tous les services publics ouverts"

Et alors qu'un maire sur cinq envisage d'augmenter les impôts locaux, selon une enquête du Cevipof publiée lundi pour le congrès des maires, Gregory Doucet assure ne pas encore avoir pris de décision dans la ville, notamment concernant la taxe foncière. "On attend d’avoir la fin des discussions au parlement pour savoir ce que le projet de loi de finances va donner pour nous aussi faire des ajustements", explique le maire de Lyon, alors que certains ont déjà choisi de l'augmenter fortement, comme à Paris.

Grégory Doucet assure également avoir le sentiment que le gouvernement a serré la vis: "Le pacte de confiance évoqué, les maires le considèrent plutôt comme un pacte de défiance. Je fais une politique de sobriété mais pas d’austérité".

"Je maintiens tous les services publics ouverts parce que le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. En cette période d’inquiétude, c’est important de le maintenir au meilleur niveau possible", plaide-t-il.

Et en cette période de sobriété, des questions se posent à propos de la Fête des Lumières, un événement culturel majeur de la ville de Lyon. "L'ensemble des œuvres de la Fête des Lumières sont basées sur la technologie LED. Et la consommation de ces œuvres, c’est 3.500 euros, ce n’est pas grand-chose", assure le maire. Et pas question de réduire une fête qui représente "l'ADN de la ville" et que Grégory Doucet veut éco-responsable.

Guillaume Dussourt