RMC

Législatives: pourquoi Jean-Michel Blanquer a-t-il choisi le Loiret pour sa candidature?

Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation, était invité sur RMC et BFMTV ce vendredi. Celui qui a été ministre pendant l'intégrité du quinquennat d'Emmanuel Macron devrait quitter ses fonctions à l'annonce du gouvernement. Il est d'ailleurs en campagne dans le Loiret pour les législatives.

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, était face à Apolline de Malherbe ce vendredi sur RMC et BFMTV. Alors qu'il devrait quitter ses fonctions dans les prochains jours, et qu'il brigue un siège de député aux législatives dans le Loiret, il a expliqué pour il a choisi ce département.

Un départ du ministère de l'Education dans les prochains jours?

“Un jour, il faut forcément quitter son ministère et ce jour-là forcément, il me manquera puisque j’ai une passion pour l’éducation, j’aime ça. Si je suis resté pendant les cinq ans, c’est parce qu’à mes yeux, c’est une des plus belles fonctions qu’on puisse avoir au service de la France”.

Jean-Michel Blanquer, candidat dans le Loiret

“Le terrain c'est important quand vous êtes ministre de l'Education, j'ai passé ma vie à silloner la France pour cela. Le Loiret, je ne prétends pas le connaître bien ou parfaitement. Le Loiret a des atouts extraordinaires. D’abord, il est typique de cette région Centre qui est si significative de la France avec des qualités historiques et géographiques, une grande richesse de son histoire qui remonte au paléolithique.

Et par ailleurs, il y a des défis. On est aussi dans un département avec les problèmes de la France, parfois avec un sentiment d’isolement en milieu rural, les effets du désert médical, mais aussi les problèmes de l’emploi. Moi et le Loiret, c’est avant tout pour les sujets d’éducation comme par exemple à Montargis où il n’y a pas de formation d’enseignement supérieur, ce n’est pas normal. Les problèmes des déserts médicaux renvoient aussi aux études de médecine. Les sujets de développement économique ils ont des besoins de recrutement évidents”.

Une charte d'engagement pour les candidats de la majorité

“J’ai signé la charte d’engagement. C’est surtout une charte pour être cohérent avec le programme du président de la République. Il s’est présenté devant les Français avec un programme. La majorité législative, qu’il aura, j’espère, est là pour lui permettre de faire cela. Donc ça me semble tout à fait naturel”.

Après deux ans de covid, enfin un bac normal?

"Ça se passe très bien, plus de 500.000 élèves ont déjà passé le bac. En ce moment, ce sont les épreuves de spécialité. Donc, là, ce sont les deux points forts de chaque élève. Les matières qu’ont passées les élèves hier et avant-hier, et même certains aujourd’hui, ce sont des épreuves qui correspondent à des choix. Et c’est la grande force de cette réforme que de permettre aux élèves d’avoir beaucoup plus de choix que les générations précédentes. Mais comme ils ont eu plus de choix, ils ont aussi eu beaucoup plus à approfondir parce que les programmes étaient beaucoup plus exigeants".

Chant des supporters de Nice sur Emiliano Sala: un problème avec le foot?

“Ce qui s’est passé est honteux, ça dit peut-être le manque de discernement de certains. Le monde des supporters donne le meilleur comme le pire. Mais je ne dirais pas qu’il y a un problème avec les supporters de foot parce qu’on souligne forcément les problèmes quand il y en a, et là, il y en a un, mais il y a aussi beaucoup de choses très belles. Bien sûr, ce qui s’est passé est absolument ignoble, je ne doute pas que les responsables du club vont prendre toutes les mesures nécessaires. C’est quelque chose d’ignoble liée à la bêtise”.

Guillaume Descours