RMC

Loi immigration: Louis Aliot veut combattre "l'immigration de peuplement et de colonisation"

Invité de la Matinale Week-End de RMC, le maire RN de Perpignan, Louis Aliot, a jugé la proposition de nouvelle loi sur l'immigation d'Emmanuel Macron de "très mauvaise idée". Celui qui veut combattre "l'immigration de peuplement et de colonisation" s'est dit pour le retour du cumul des mandats et contre le retour de Marion Maréchal au RN.

Emmanuel Macron souhaite une nouvelle loi immigration en 2023. Son projet, pouvoir accueillir plus d'étrangers dans les campagnes françaises, pour mieux répartir la charge de l'immigration dit-il. "Une très mauvaise idée !" pour le candidat à la présidence du RN, Louis Aliot. Une mauvaise idée qui pourrait rapporter des voix à son parti, estime-t-il:

"La ruralité donne beaucoup de suffrages au RN et là, avec cette idée saugrenue, Emmanuel Macron va encore pousser tout un pan de l'électorat de gauche ou de droite à notre soutien. C'est pour cela que le RN doit se former, s'implanter et accueillir ces nouveaux électeurs et ces nouveaux cadres à venir. Ils n'accepteront jamais ce déplacement de population. C'est incroyable qu'on en arrive là en France."

Le maire de Perpignan voit une grande différence entre ce qu'il appelle une "immigration de peuplement et de colonisation, tolérée depuis des années par les gouvernements, qui viennte pour profiter des avantages, du système social français, alors que leur pays n'est pas en guerre", qu'il souhaite combattre, et les réfugiés venus d'Ukraine, "qui fuient la guerre, notamment des femmes, des enfants, des vieillards, car leurs hommes à eux se battent contre les Russes en Ukraine." Question d'"humanité", dit-il.

Pas de retour des cadres partis chez Zemmour

Louis Aliot a aussi été interrogé sur la campagne interne au RN, où il est candidat à la présidence, et notamment sur le sujet du retour d'anciens cadres RN passés chez Eric Zemmour pendant la présidentielle. À l'adresse de Gilbert Collard et Marion Maréchal, il estime qu'"il y a une notion de morale et de comportement en politique" qui empêche un retour.

"C'était une cadre (du parti). Ils ont fait un choix, ils se sont trompés, ils ont montré au peuple qu'ils n'avaient pas grande clairvoyance politique", a-t-il jugé cocnernant la nièce de Marine Le Pen.

Louis Aliot s'est enfin montré réceptif à une possibilité de retour du cumul des mandats, comme proposé par le député Renaissance Karl Olive, mais à condition "de ne pas cumuler les indemnités".

La rédaction