RMC

Pas d'alliance LR-RN: "Il n'y a qu'en France où la droite s'est auto-censurée", déplore Louis Aliot

En lice pour la présidence du Rassemblement national, Louis Aliot déplore que la droite ait toujours refusé la main tendue par l'extrême-droite, comme cela se fait dans de nombreux pays d'Europe.

Après plusieurs échecs au second tour pour le Rassemblement national et alors que Les Républicains semblent avoir touché le fond et voient certains d'entre eux s'enfuir à l'extrême-droite, l'idée d'une alliance pourrait voir le jour. Dans d'autres pays européens, la droite a franchi le Rubicon.

C'est le cas notamment en Suède où une alliance entre la droite et l'extrême-droite pourrait accéder au pouvoir. En France, Louis Aliot, en lice pour la présidence du Rassemblement national, déplore ce mardi, sur le plateau des "Grandes Gueules", que la droite rechigne à saisir la main tendue par l'extrême-droite.

"C'est un problème très français, on a toujours tendu la main, nous, ils l'ont toujours refusée. En Suède, en Italie et en Espagne, cela ne pose pas de problème", assure l'actuel maire de Perpignan sur RMC et RMC Story. "La droite s'est auto-censurée de ne jamais discuter avec une formation comme la nôtre", ajoute Louis Aliot.

"Nous parlons à leur électorat"

Celui qui brigue la présidence du Rassemblement national semble donc vouloir désormais se passer d'un accord.

"Pendant longtemps, la droite s'est ainsi privée du pouvoir et maintenant, ils sont réduits plus qu'avant. C'est à eux de faire leur examen de conscience et leur révolution interne pour assurer ces choix-là. Au niveau local, c'est faisable largement. Au niveau national, nous n'en sommes pas là, alors tant pis. Nous, nous parlons à leur électorat", prévient le maire de Perpignan.

Le Rassemblement national doit élire son nouveau leader. Le vote doit débuter le 30 septembre prochain et se clôturer le 3 novembre. Les résultats seront alors proclamés le samedi 5 novembre. Les adhérents du parti sont invités à départager Jordan Bardella, le président par intérim, et Louis Aliot donc, l'actuel vice-président du Rassemblement national.

Guillaume Dussourt